Une tournée sur le continent du secrétaire d’état américain basée sur la coopération sécuritaire et économique 

Le secrétaire d’État aux affaires étrangères des États-Unis, Rex W. Tillerson, a fait, hier, mardi 6 mars 2017, à l’Université George Mason à Wachington, une déclaration relative à sa tournée africaine. Elle a été retransmise en direct à l’Ambassade des États-Unis au Tchad. L’objectif de cette tournée qu’il va entamer ce mercredi 7 mars sur le continent africain en commençant par l’Éthiopie, le Niger, le Tchad, Djibouti et le Kenya vise à renforcer, entre autres, la coopération dans la lutte contre le terrorisme, la promotion de la bonne gouvernance et du respect des droits de l’homme, la coopération économique entre les États-Unis et l’Afrique, l’alternance démocratique dans certains pays africain, la lutte contre le sida, l’électrification du continent africain, et la promotion de la liberté de presse et de la société civile. 

Dans son intervention, le chef de la diplomatie américaine Rex W. Tillerson a indiqué que la création d’une force-mixte dans le bassin du Lac Tchad conduite par le Nigeria est une solution africaine dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Par ailleurs, il a souligné que les États-Unis aideront les pays africains à assurer la sécurité de leur propre peuple. 

Selon lui, le Tchad demeure un partenaire indispensable dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. « La sécurité est une condition préalable pour une prospérité accrue sur le continent », a affirmé le secrétaire d’État aux affaires étrangères des États-Unis, Rex W. Tillerson

Par ailleurs, il a relevé que l’échange économique entre les États-Unis et l’Afrique a doublé en passant de 13 milliards de dollars à plus de 30 milliards. Il a ajouté que l’objectif est de produire 30.000 mégawatts de volume d’énergie d’ici 2030 pour électrifier le continent africain. 

Il entend plaider lors de sa tournée sur le continent en faveur du respect de la liberté de presse, le renforcement de la société civile qui est considéré comme un vecteur de la consolidation du processus démocratique, et la promotion de la bonne gouvernance sur le continent. 

En outre, il déplore la présidence à vie de certains chefs d’Etat qui s’accrochent au pouvoir depuis des décennies dans certains pays africains. Il promet d’encourager l’alternance démocratique apaisée sur le continent. « Les États-Unis sont en mesure d’encourager la bonne gouvernance sur le continent », a affirmé le chef de la diplomatie americaine, Rex W. Tillerson.

Tchadanthropus-tribune avec Tchadinfos

1609 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article