Trônant, depuis douze ans, les dirigeants de la Fédération tchadienne de football (FTFA) ont si peu songé à la relève qu’ils veulent briguer à nouveau leur propre succession avec le risque d’une sortie humiliante.

 

Le mois d’aout pourrait être décisif, dans l’histoire du football tchadien. Puisque d’une part les présidents de ligues régionales et les membres de la FTFA se réuniront à Abéché pour réviser les textes statutaires de la fédération tchadienne de football association et, d’autre part la rocambolesque affaire de détournement des fonds au sein de la FTFA qui va prendre un autre tournant. Pour ce qui concerne l’assemblée générale, l’objectif de la FTFA est de réviser les textes. Ça, tout le monde convient qu’il faut dégager le verrou de la caution de 10 millions tant décrié par le collectif sauvons notre football. Mais si ce verrou est dégagé comme faire pour empêcher les autres auteurs de football d’entrer au bureau ? Il faut trouver quelque chose de sûr et ce serait inéluctablement le mandat à vie des membres du Bureau exécutif. Pour l’affaire en justice, désormais c’est le ministère qui porte plainte contre les dirigeants de la FTFA. Comment expliquer cela ?

 

Peut-être encore aura-t-elle le temps de nous proposer à son assemblée générale ordinaire du 25/08/2018 ? Mais il n’y a plus rien à proposer puisque la fédération est actuellement victime de ses propres turpitudes. D’autres peuvent s’en charger. Il a été décrié depuis longtemps que la fédération est comptable d’une mauvaise gouvernance suite à des malversations financières et la seule chose qu’il lui reste c’est la démission.

 

Mais connaissant bien les membres de la FTFA très futés, ils souhaiteraient tous garder leurs postes, puisque c’est juteux donc ils vont tous voter un mandat taillé sur mesure c’est-à-dire sur douze autres années encore. Donc un mandat à vie. Malgré cela, ils oublient tous que l’étau se resserre sur eux et bientôt, tous vont comparaitre en justice pour répondre de leurs actes. En ce moment même où nous publions cet article, le juge d’instruction a déjà commencé son audition sur cette affaire de détournement. Ce n’est plus une affaire entre les deux dirigeants de la fédération entre le président de la FTFA Mr Mocktar Mahmoud et Mr Ibrahim Foullah, mais c’est l’État qui les poursuit et cette fois le ministère a la volonté politique de bien faire les choses pour soutenir le sport.

 

Sans vouloir faire la concurrence aux excellents analystes du football africain et européen, l’on a envie de servir à la FTFA ce proverbe qui dit : «  que lorsque vous vous installez sous un arbre, à profiter indéfiniment de son ombre et de ses fruits, et que vous vous obstinez à ne jamais céder la place, les oiseaux finissent par déverser leur fiente sur votre crâne ». Douze ans, c’est non seulement trop, mais cela n’est pas sain, vraiment !

 

Affaire à suivre de très près…

Tchadanthropus-tribune

754 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article