13/04/2017 : #TCHAD #Assassinat à ciel ouvert #Autorité de l’État: Qu’attendent, le ministre de la Justice, le ministre de la Sécurité et le 1er ministre pour démissionner ? Ce qui vient de se passer démontre à suffisance la carence des autorités de la place. Comment comprendre dans un État qu’on nous vend souvent de droit, que des prisonniers puissent être assassinés avec les véhicules et les armes de l’État ? Cela suppose l’impunité des hommes proches du clan qui se croient tout permis jusqu’au-dessus des lois de la république. À la place de ces membres du gouvernement, la démission devrait être la moindre de choses, ne serait-ce que par respect au peuple tchadien, celui qu’ils souillent chaque jour. On nous fait comprendre que le ministre de la Justice allait rendre son tablier et qu’il s’est ravisé après coup, parce que ses collaborateurs lui auraient conseillé de garder patience. L’honneur et la dignité lui feraient mille éloges que de rester encore ministre de la Justice. Quelle allure aurait-il après tous les bruits qu’il a faits à sa prise de fonction ? Ahamat Bâchir et Taher Erda se jaugent dans les “Gâ äda“ au lieu de penser à la sécurité des citoyens. A quoi ça sert de mettre dans les axes de la capitale des bérets rouges ou verts pour fouiller les véhicules des civils ? Ceux qui ont posé ces actes sont connus, où demander à Brahim Allah Wahite l’autre proche de votre patron. Rien qu’entre mars et avril 2017, et précisément dans N’Djamena et périphérie le tchadien sont victimes de plusieurs assassinats. Ailleurs dans les pays qui se respectent, des incapables pareils auraient été dégagés de leurs postes et remplacés par d’autres à faire leurs preuves. Idriss Déby veut toujours s’entourer de ceux qui lui jouent le violon, sans résultat concret dans les objectifs de fonctions. L’autorité de l’État est touchée jusqu’à l’os, même si on s’évertue à vouloir nous présenter des prétendus présumés assassins à la lueur de la nuit. Télé-Tchad veut laver l’affront de l’inconsistance et de la carence en annonçant aux citoyens quelques menus fretins arrêtés, même si c’est le cas, Pahimi Padacké (1er ministre), Ahamat Mahamat Bachir (ministre de la Sécurité) Ahamat Mahamat Hassan (ministre de la Justice), doivent s’ils ont encore de la considération pour les Tchadiens démissionnés. L’honneur pour un homme, ce n’est pas de mourir ministre… Les Tchadiens aviseront.

 

La Rédaction.

2884 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article