Les coups d’État militaires ont été monnaie courante en Afrique au cours des décennies qui ont suivi l’indépendance et l’on craint désormais qu’ils ne deviennent plus fréquents.

Le Soudan a connu cette année deux événements de ce type, l’un en septembre qui a échoué et le dernier dans lequel le général Abdel Fattah Burhan a dissous la branche civile d’un gouvernement de transition et a pris le pouvoir.

En Guinée, le président Condé a été chassé par l’armée en septembre et, au Mali voisin, l’armée est intervenue à deux reprises en moins d’un an, la dernière fois en mai.

Au Niger, un coup d’État a été déjoué en mars, quelques jours seulement avant l’inauguration présidentielle.

Les interventions militaires sont-elles donc plus fréquentes sur le continent ?

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

Qu’est-ce qu’un coup d’État ?

L’une des définitions utilisées est celle d’une tentative illégale et manifeste de l’armée (ou d’autres responsables civils) de renverser les dirigeants en place.

Une étude menée par deux chercheurs américains, Jonathan Powell et Clayton Thyne, identifie plus de 200 tentatives de ce type en Afrique depuis la fin des années 1950.

Environ la moitié d’entre elles ont réussi, c’est-à-dire qu’elles ont duré plus de sept jours. Le Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest, connait le plus grand nombre de tentatives réussies, avec sept et un seul échec.

 Parfois, ceux qui prennent part à une telle intervention nient qu’il s’agit d’un coup d’État.

En 2017 au Zimbabwe, une prise de pouvoir militaire a mis fin aux 37 ans de règne de Robert Mugabe.

L’un des meneurs, le général de division Sibusiso Moyo, est apparu à la télévision à l’époque pour nier catégoriquement une prise de pouvoir militaire.

En avril de cette année, après la mort du dirigeant tchadien Idriss Deby, l’armée installe son fils comme président par intérim à la tête d’un conseil militaire de transition. Ses opposants le qualifient de « coup dynastique ».

« Les putschistes nient presque invariablement que leur action est un coup d’État dans le but de paraître légitimes », explique Jonathan Powell.

Des célébrations ont eu lieu après l’intervention de l’armée zimbabwéenne contre le président Mugabe en 2017

 

Y a-t-il moins de coups d’État aujourd’hui en Afrique ?

Au cours des quatre décennies entre 1960 et 2000, le nombre global de tentatives de coup d’État en Afrique est resté remarquablement constant, avec une moyenne d’environ quatre par an.

Depuis lors, ce nombre a chuté – à environ deux par an au cours des deux décennies.

Jonathan Powell estime que cela n’est pas surprenant compte tenu de l’instabilité que les pays africains ont connue dans les années qui ont suivi leur indépendance.

« Les pays africains ont connu les conditions communes aux coups d’État, comme la pauvreté et les mauvaises performances économiques. Quand un pays connaît un coup d’État, c’est souvent le signe avant-coureur d’autres coups d’État », explique-t-il.

Nous n’en sommes qu’à deux ans de la décennie actuelle et, alors qu’un seul coup d’État a été signalé en 2020, le nombre de coups d’État est nettement supérieur à la moyenne cette année, avec six coups d’État ou tentatives de coup d’État enregistrés à ce jour.

Avant le coup d’État actuel au Soudan, il y avait eu des coups d’État réussis au Tchad, au Mali et en Guinée, et des prises de pouvoir militaires ratées au Niger et au Soudan.

En septembre, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, s’est inquiété du « retour des coups d’État militaires » et a mis en cause le manque d’unité de la communauté internationale face aux interventions militaires.

« Les divisions géopolitiques sapent la coopération internationale et […] un sentiment d’impunité s’installe », a-t-il déclaré.

Ndubuisi Christian Ani, de l’Université de KwaZulu-Natal, affirme que les soulèvements populaires contre les dictateurs en place depuis longtemps ont fourni l’occasion du retour des coups d’État en Afrique.

« Si les soulèvements populaires sont légitimes et dirigés par le peuple, leur succès est souvent déterminé par la décision prise par les militaires », dit-il.

Quels sont les pays africains qui ont connu le plus de coups d’État ?

Le Soudan est le pays qui a connu le plus grand nombre de coups d’État et de tentatives de prise de pouvoir, soit 17, dont cinq ont abouti. Cela n’inclut pas l’actuel, qui vient tout juste de se produire.

En 2019, le dirigeant de longue date Omar el-Béchir a été écarté du pouvoir après des mois de protestations populaires.

Bachir avait lui-même pris le pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 1989.

Le Nigeria a eu la réputation d’être le théâtre de coups d’État militaires dans les années qui ont suivi l’indépendance, avec huit coups d’État entre janvier 1966 et la prise du pouvoir par le général Sani Abatcha en 1993.

Cependant, depuis 1999, les transferts de pouvoir dans la nation la plus peuplée d’Afrique se font par des élections démocratiques.

 

L’histoire du Burundi a été marquée par onze coups d’État distincts, principalement motivés par les tensions entre les communautés hutue et tutsie.

La Sierra Leone a connu trois coups d’État entre 1967 et 1968, et un autre en 1971. Entre 1992 et 1997, elle a connu cinq autres tentatives de coup d’État.

Le Ghana a également eu sa part de coups d’État militaires, avec huit en deux décennies. Le premier a eu lieu en 1966, lorsque Kwame Nkrumah a été écarté du pouvoir, et l’année suivante, des officiers subalternes de l’armée ont tenté en vain de faire un coup d’État.

Globalement, l’Afrique a connu plus de coups d’État que tout autre continent.

Sur les 11 coups d’État enregistrés dans le monde depuis 2017, tous sauf un – le Myanmar en février de cette année – ont eu lieu en Afrique.

BBC Afrique

 

 

244 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire