Le 27 février, un sommet sur la crise centrafricaine doit se tenir en Angola. Autour des chefs d’État de la région, plusieurs personnalités sont attendues, dont François Bozizé et Noureddine Adam. Mais les négociations ne sont pas achevées.

La Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) est toujours à pied d’œuvre afin de tenter de boucler les préparatifs du sommet de Luanda, qui doit aborder la crise centrafricaine le 27 février en Angola. Plusieurs chefs d’État de la région y sont attendus autour de Denis Sassou Nguesso, président en exercice de la CEEAC, et de João Lourenço, le président angolais.

À LIRE Comment Lourenço tente de réunir Touadera, Bozizé et les groupes armés à Luanda.

Ce dernier est en pointe sur ce dossier et favorise la participation conjointe de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL, dont il assure actuellement la présidence tournante). Mais plusieurs problèmes demeurent. D’abord autour de la personne de l’ancien président, devenu opposant, François Bozizé. 

Jeune Afrique.com

960 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire