Les combats intertribaux se poursuivent à Koufra, dans l’extrême sud-est libyen. Ils opposent depuis samedi 9 juin des Toubous – des nomades noirs qui vivent au croisement de la Libye, du Tchad, du Niger et du Soudan – aux membres de la tribu arabe Zweia. Les affrontements ont fait 31 morts et plus de 90 blessés, selon un bilan provisoire dressé par des habitants toubous. Des femmes et des enfants figurent parmi les victimes.
Deux quartiers toubous du centre-ville de Koufra, Shoura et Gouduofoi, sont pilonnés du matin au soir depuis samedi. A Gouduofoi, il n’y a que très peu d’habitations en dur, et la moitié des maisons de paille ont brûlé. « Nous sommes pilonnés par des chars, des chasseurs, des 56 mm, des 23 mm, des mortiers », rapporte un combattant toubou. 
Les Toubous affirment que leurs quartiers ne sont plus alimentés en eau ni en électricité, qu’il n’y a aucun médecin pour venir en aide aux blessés et que l’hôpital est occupé par les tribus rivales. Selon les Toubous, la tribu arabe Zweia et la brigade Dera Libya – « le bouclier de la Libye » – ont provoqué les affrontements.  La brigade Dera Libya est composée d’ex-combattants révolutionnaires de plusieurs régions qui ont été chargés par les autorités de Tripoli de pacifier la zone de Koufra suite aux premiers affrontements entre Toubous et Zweias il y a cinq mois. Le Conseil national de transition a annoncé l’envoi d’une délégation à Koufra. Elle devrait arriver sur place ce mercredi. 
Source: RFI 
164 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article