Le sommet Afrique-France sur la sécurité, qui se tiendra du 5 au 7 décembre à Paris, réunira pas moins de 37 chefs d’État et de gouvernement. Les représentants de 42 pays africains (sur 54), parmi lesquels 37 chefs d’État et de gouvernement, sont attendus à Paris du 5 au 7 décembre pour le sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique. Même le Soudan et le Zimbabwe devraient être de la partie – mais pas au niveau de leurs présidents respectifs, jugés indésirables. Plusieurs événements et rencontres à tonalité surtout économique sont prévus au cours de ces trois journées.

Ainsi, une réunion des premières dames aura lieu le 6 décembre à l’Élysée autour de Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande, qui a inscrit à l’ordre du jour des débats un thème qui lui tient à coeur : les violences faites aux femmes. Le sommet proprement dit se tiendra le lendemain, d’abord à l’Élysée, puis sur le site de la rue de la Convention, dans le 15e arrondissement, qui dépend du ministère des Affaires étrangères (tout le monde devra prendre l’autobus pour se rendre de l’un à l’autre). Comme lors des précédentes éditions qui se sont tenues en France depuis 2003 (Paris, Cannes, Nice), la prise en charge des hôtes sera limitée à six personnes par délégation, chef de l’État compris. Pour ceux qui seraient tentés de remplir un charter avec leur suite : prière de prévoir des frais de mission.



Jeuneafrique.com

150 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article