Le 04 novembre 2018, Mr Acheikh Ibn Oumar vient de regagner le bercail ce 04 novembre 2018, après 25 ans d’exil politique. Ce retour fait suite à l’amnistie générale décrétée par IDRISS DEBY ITNO après la promulgation de la loi fondamentale du 04 mai 2018. Il a été accueilli à l’aéroport international Hassan Djamouss par le ministre de l’Administration du territoire, de la sécurité publique et de la gouvernance locale, M. Ahmat Mahamat Bâchir qui avait à ses côtés, le Directeur de Cabinet civil adjoint du Président de la République, M. Brahim Mahamat Djamaladine.

 

Parents, amis et connaissances de l’ancien chef de la diplomatie tchadienne ont également fait le déplacement de l’aéroport international Hassan Djamouss de N’Djamena pour lui souhaiter un bon retour parmi eux.

Livrant ses premières impressions à la presse nationale au parvis du salon d’honneur, Acheikh Ibn Oumar précise que « l’exil n’est pas un métier ni une vocation peut être parfois pour des raisons professionnelles ou académiques. Mais l’exil politique est une anomalie, une exception. La place normale de tout homme politique, citoyen soucieux de l’avenir de son pays, c’est d’être au sein de sa société, mais les circonstances imposent ce genre de situation. Donc, pour moi, c’est juste un retour à la normale, un retour à la maison auprès des parents, des amis de jeunesse, des collègues et certains de mes maîtres qui m’ont formé à l’école où à l’école de la vie ? Certains survivent encore, Dieu merci. Mais, je vais vous laisser sur votre faim, parce que je suis un peu dépassé par l’émotion donc, je ne peux parler davantage ».

Que faut-il dire d’avantage si ce n’est lui reconnaître la maitrise de soi. Qui pourrait se targuer aujourd’hui de dire dans l’opposition en exil qu’il a fait mieux qu’Acheikh, au point de le critiquer objectivement ?

 

L’opposition en exil se trouve grandement perdante du retour de Mr Acheikh Ibn Oumar. Ses membres, ses cadres n’ont su que lui jeter l’opprobre comme quoi le sieur Acheikh aurait pété les plombs, qu’il n’a pas toute sa tête, SDF pour certains, allant jusqu’à critiquer ses habitudes vestimentaires, indignes d’un ancien ministre des Affaires étrangères. Les mauvaises langues sont allées trop loin, même certains qui se disaient proches de lui. En vérité personne n’a su exploiter le potentiel intellectuel d’Acheikh. Si certains ont su mettre les petits pieds, d’autres se sont ensevelis de leurs crottes. C’est quand Acheikh avait décidé de rompre le silence de l’exil que certains se sont jetés sur les moisissures de l’insolence, des critiques illogiques, sans construction aucune, toisant le présent et l’avenir. Acheikh Ibn Oumar, nous l’avions comme une personnalité qui était inscrite sur aucune liste de parti, de mouvement. S’était un joker de danse, il dansait avec les loups, il dansait avec les gentils, il n’avait pas de thermomètre, et nous n’avions pas su tirer profit de sa matière grise.

 

C’est quand Acheikh annonça ses idées et sa vision sur la fameuse amnistie de Déby que le régime MPS a surfé là dessus, qu’autant précipité certains camarades avaient vomi les entrailles. Dommage… Il ne faut jamais perdre de vue que la cible reste le régime de Déby, mais aucune autre personne, quelle qu’elle en soit.

 

Poisseux, inintelligible sur le chronomètre, éternel mauvais perdant. Que sa poisse, s’il en a, puisse servir à faire partir le régime qu’il vient de regagner. Mais tâchons de garder nos cartouches pour nous organiser autrement en notre sein, de la manière la plus diamétrale, la plus solide pour porter l’estocade. Il ne sert à rien de taper sur son camarade de lutte, pour la simple raison que son ombre nous cache dès fois les rayons du soleil.

Tchadanthropus-tribune

1289 Vues

  • La mafia institutionnalisée qui gouverne le Grand, Digne et Patient PEUPLE TCHADIEN en imposant et confisquant le POUVOIR DU PEUPLE par la force brute n’a jamais respecté un accord conclut au terme d’un dialogue, aucun ! L’injustice criarde dont est victime le PEUPLE TCHADIEN n’est-elle pas évidente, claire et limpide ? Les faits sont là, ne contournons pas et ni n’habillons la vérité par le faux. Le système est battue sur du faux par du faux.

    Jusqu’à quand, au-delà de presque trois décennies passées, allons-nous être injustes en acceptant et en soutenant indéfectiblement les injustices, les iniquités, les désordres et les crimes sociaux, économiques et politiques ?

    Très probablement notre bien commun, le Tchad, sera vendu et le Peuple déjà asservi et étourdi sera réduit purement et simplement à l’esclavage d’un autre âge.

    Le PEUPLE TCHADIEN convient dans son ensemble que la mafia institutionnalisée gouverne le Peuple Tchadien en s’imposant par la force brute habillée par des mascarades électorales.
    Cependant, le Grand, Digne et Patient PEUPLE TCHADIEN et comprend pas du tout ni l’intérêt de pourquoi des hommes politiques ont participé et participent à ces vraies fausses élections ?

    Quelle est cette stratégie qui consiste à participer à une compétition dont vous savez sans aucun doute qu’un des candidats a tous les moyens de «l’État» pour vous priver même en cas de victoire nette et claire et de s’imposer en se déclarant élu, surtout quand cela se reproduit plusieurs fois et selon données et déclarations même de ces hommes politiques?

    Dans ces conditions la voie indispensable indiquée n’est-elle pas celle de l’autodissolution et/ou le refus de toute collaboration de tous les partis politiques et de la société civile?

    En effet, il est clairement établit qu’aucune alternance politique n’est possible avec le régime criminel de N’djamena. Dès lors pourquoi insistez-vous à tel point d’être complices du faux ?

    Notre dénominateur commun est-il MOI (et les miens) ou PERSONNE D’AUTRE ?
    Il se peut que le Grand, Digne et Patient PEUPLE TCHADIEN mérite cette donne !

    Avec quels (quelles) acteurs (actrices), quelles capacités de discernements, quelles leçons tirées, quelles stratégies et quels changements en profondeurs faut-il bâtir un nouveau Tchad, reformé en profondeur, où le meilleurs est à venir pour toutes et tous dans un contexte durable ?

    Commentaire par Le PEUPLE TCHADIEN le 5 novembre 2018 à 22 h 19 min
  • VIBRANT HOMMAGE du Grand, Digne et Patient PEUPLE TCHADIEN à Son Excellence le Très Honorable, Grand, Digne, Intègre … le GRAND MARTYR, le Professeur IBNI OUMAR MOUHAMMAD SALEH, assassiné par la criminelle mafia au pouvoir confisqué du PEUPLE.

    Dès que le Professeur IBNI OUMAR MOUHAMMAD SALEH, le TRANSMETTEUR, DIFFUSAIRE DU SAVOIR a compris qu’aucune alternance politique n’est possible avec le régime criminel de N’djamena, il a prit acte et devient martyr.

    Cependant certains … pas de moindre ont quitté le bateau en concluant un diabolique accord et le(s) voilà victime d’humiliations savamment orchestrées en réponse à leur allégeance et soutient indéfectible à l’injustice.

    Le grand martyr le Professeur IBNI OUMAR MOUHAMMAD SALEH, Homme de dialogue est tombé, sous l’obscure dictature criminelle, avec les seules armes à sa disposition, à savoir : SES LIVRES, LE SAVOIR, LA PLUME ET LA CRAIE.

    Commentaire par LE PEUPLE TCHADIEN le 6 novembre 2018 à 0 h 22 min