Suite aux commentaires sur la conférence presse de fin d’année de M. Saleh Kebzabo (voir http://tchadforum.over-blog.com/2017/12/tchad-2017-saleh-kebzabo-dresse-un-tableau-sombre-et-s-inquiete-de-l-incertitude-qui-plane-sur-le-tchad.html ) , je voudrais attirer l’attention sur deux pièges à éviter et avancer deux problématiques essentielles. Le premier piège consiste à faire croire que M. Kebzabo se serait attaqué aux « nordistes » et que ces derniers (les « nordistes ») sont globalement choqués ou gênés par ses propos . Les déclarations d’un homme politique suscitent inévitablement des critiques plus ou moins objectives, des attaques, des procès d’intention, parfois de la haine, en fonction du degré d’honnêteté intellectuelle et du niveau culturel des commentateurs. Le second piège qu’il faut éviter, c’est d’être obnubilé par le phénomène de répartition des postes de responsabilité (curieusement appelé « géopolitique » au Tchad). Il sera très facile demain pour le régime de procéder à un « rééquilibrage » ethno-régional dans les appareils de l’Etat sans que la gouvernance se redresse, sans que le quotidien de la masse et de la jeunesse en particulier, s’améliore, sans que les discriminations et les humiliations dans le vécu quotidien cessent.

Le chef de file de l’opposition parlementaire aurait-il pu, aurait-il dû, employer d’autres formulations qui lui auraient évité de prêter le flanc à certaines attaques ? Sans doute, mais l’exercice n’est pas facile ; car comment parler de ces déséquilibres ethniques, régionaux, confessionnels, poussés jusqu’à la nausée, et qui sont une menace grandissante sur l’existence même du Tchad en tant qu’Etat, sans mentionner les noms des ethnies, des régions et des confessions ?

Pour ma part, j’écrivais en avril 2015 : « La loi de la République est écrasée par une hiérarchie ethno-confessionnelle à peine voilée : priorité aux nordistes sur les sudistes, aux musulmans sur les non-musulmans, aux ressortissants la région d’origine du président sur les autres nordistes musulmans, aux pasteurs sur les agriculteurs, et finalement, à la famille Itno sur tout le monde. Les agents de l’Etat et les prestataires de service réajustent en permanence leur comportement, en fonction de cette hiérarchisation complexe. » ( voir : https://yedina.net/2015/04/22/tchad-surenchere-militariste-fracture-sociale-et-myopie-francaise-site-du-journal-le-monde/ )

Au-delà de tout cela, je pense que l’étape du diagnostic est largement dépassée ( « ce n’est pas à un orphelin qu’on apprend à pleurer »).  Il faut passer aux étapes suivantes, beaucoup plus importantes, en se projetant vers l’avenir, un meilleur avenir :

Le régime actuel ne brille pas par ses performances, notamment pour ce qui est de l’unité au sein du peuple; cependant, la tentative de construction de l’Etat national, depuis l’indépendance, est un parcours qui a toujours été marqué de failles et de dérapages,  ponctués par des drames sanglants. La suite dans Yédina blog…

16361 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article