Notre pays est très mal géré et ceci est sans équivoque. Même ceux qui sont au cœur du système le savent. Et cela, la France tutrice du régime MPS est tout aussi responsable que le pouvoir MPS. Idriss Déby est le gendarme attitré de la France en Afrique centrale et par delà cette zone d’influence. L’absence de dénonciation continue sur les faits graves du régime, et le laisser-faire accordé à Déby lui a permis de faire autant que soit, dépassant même les limites de l’acceptable.

 

Avec les autres états, la France prend position, actionne sa diplomatie et ses services d’influence pour mettre la pression sur un régime quand celui-ci outre passe les mesures des lois. Nous nous rappelons encore la campagne de pression faite sur le Burundi et son régime autocratique, sur la RDC et les autres. Mais au Tchad, rien n’est dénoncé, même les abus sur les droits de l’homme, les dilapidations des biens publics et l’impunité qui l’accompagne. Trichant aussi à l’égard de l’Union européenne, la France accompagne à corps et cri le régime MPS sous la simple égide du plan sécuritaire au Sahel, mais est-ce que cela en vaut la peine quand le régime soutenu écrase son peuple et le mène à la banqueroute ? Est-ce que la France a réfléchi à toute cette jeunesse qui commence par ouvrir les yeux sur ses faits dangereux ?

 

Le monde d’aujourd’hui, notre monde évolue à vitesse grande V, et rien qui se passerait aujourd’hui ne puisse être rappelé dans l’avenir.

 

Sûr du soutien indéfectible de l’hexagone et ses autorités, Idriss Déby s’en fiche de la bonne gouvernance au Tchad. Toutes les dérives sur la gestion des choses de l’état, les droits de l’homme, et la dictature implacable qui est exercée, le régime MPS assurent sa continuité sous l’œil complice de la France et de l’Union européenne. Les États-Unis d’Amérique qui avait compris très tôt la nature dépravante du système MPS sont stoppés par la France qui officie en arbitre des cours. Mais ne nous trompons pas, le Tchad ne restera pas continuellement ainsi. Aujourd’hui, il suffit juste d’un ras le bol pour que le peuple se soulève, car qu’on ait un œil optique sur sa situation. Jamais notre peuple n’est arrivé à l’état où il se trouve, même par temps de guerre. En adoptant cette attitude, la France continuera à bâtir une fronde de classe contre elle, elle s’écrira dans l’hypocrisie des relations qu’impulse la France. Si l’exemple des relations avec le Rwanda n’a pas été un enseignement, plusieurs cadres de l’Afrique aujourd’hui louent l’extrait de tutelle à l’égard de la France et virer dans le monde anglo-saxon où l’essor de progrès est plus qu’évident.

 

La France doit exercer une pression logique sur un régime avec laquelle, elle est sensée dialoguer en permanence. L’exercice de pression n’a rien à voir avec l’échelle de souveraineté nationale. Si selon Idriss Déby en 2006 elle avait envoyé quelqu’un pour lui imposer de changer la constitution, elle devrait avoir la pression de la légitime.

 

Actuellement notre peuple est malade, il a faim, il manque du savoir, il est mal classé dans les indices de développement. Sa valeur PIB/PNB est au plus bas, l’éducation de ses enfants est en deçà de la normale, et tout cela s’est passé avec l’œil non critique de la France et ses représentants sur place.

 

Le Tchad doit changer sans équivoque pour le bienfait de son peuple. Quelque soit les arithmétiques politiciennes ne feront qu’empirer la donne à l’avenir.

 

Tchadanthropus-tribune

1590 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article