Le Tchad, le Burkina Faso et certains pays d’Afrique sont tous logés à la même enseigne. L’école au Tchad est devenue moribonde à cause de la négligence de l’État, de certains enseignants, et des parents. La responsabilité est collective, mais l’instauration du civisme et du mérite incombe à l’État qui devrait l’instaurer. Le Tchad de demain devrait être bâti grâce à sa jeunesse rigoureusement formée. Les passe-droits et les avantages concédés de nos jours ont pour conséquence la déchéance de l’école publique pour laisser place aux non méritants.

Tchadanthropus-tribune

921 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire