Par une correspondance envoyée à la rédaction, la communauté tchadienne au Bénin s’offusque du passage en force, et sans concertation d’un nouveau consul général.

Il n’y a pas longtemps, selon la même source, lors du passage du ministre des Affaires étrangères Amine Abba Siddick à Cotonou, la diaspora tchadienne du Bénin aurait eu à expliquer ses réticences sur la candidature du sieur ISSAKHA MOUSSA ABAKAR comme consul général du Tchad au Bénin. Selon la source, le ministre était très réceptif au sujet en promettant qu’il s’occuperait personnellement de la situation. Comme chacun le sait, les politiques ne savent que rarement tenir leurs promesses dès qu’ils quittent les sujets en question.

Il y a quelque temps, le nommé ISSAKHA MOUSSA ABAKAR fut au centre d’un scandale de faux diplôme. Il aurait falsifié son diplôme qu’il affirme avoir obtenu. Déjà à l’époque Tchadanthropus-tribune alertée par une correspondance depuis Cotonou, avait dénoncé ces faits.

Une source parallèle évoque aussi que des démarches ont été entreprises auprès des autorités du pays hôte afin d’éclairer les autorités béninoises sur les préoccupations de la diaspora tchadienne au Bénin dont les échos seraient favorables.

C’est dans cette atmosphère suffoquant que le ministère des Affaires étrangères du Tchad a décidé de faire un passage en force pour nommer comme consul général, un homme que la majorité des Tchadiens au Bénin révoquent.

De toutes les façons, depuis quand le souhait du peuple ou d’une majorité de Tchadiens est pris en compte par son exécutif ?

Tchadanthropus-tribune

1949 Vues

  • La calomnie est en politique moins gênante que , la manifestation de la vérité.

    Commentaire par Mahamat le 29 janvier 2021 à 18 h 48 min
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire