La ministre du Transport et de la Sécurité routière Fatima Goukouni Weddeye a tout à fait raison de suspendre le DG du ministère du Transport Atteib Mahamat Saleh Kaya et le chef du service comptable du même ministère, malgré les sollicitations syndicales de Ali Wardougou Chaha, président du bureau syndical du SYNAP-BNFT en date du 22 octobre 2021.

Tout esprit patriotique voulant une bonne gestion de la chose publique ne peut que réagir de la sorte. Certains fonctionnaires tchadiens, méritants peut-être, mais assez souvent corrompus, s’adonnent à des méthodes mafieuses et dépensières pour assouvir généralement des besoins singulièrement personnels.

Le syndicat par sa lettre N° 013/CLTT/SYNAO-BNFT/BE/P/2021 sollicite de lever la suspension décidée par arrêté N° 10/PCMT/PMT/MTSR/2021, mais justement si le rôle premier d’un syndicat est la défense du personnel, il y a aussi raison de chercher l’origine réelle de la décision. Les documents envoyés à la rédaction démontre clairement l’implication du directeur général dans les faits qui lui sont reprochés, sauf que quand cela touche le fils d’un membre influent du clan, cela prend des proportions et des interventions tous azimuts, mais si s’était le fils d’un tchadien lambda, silence, circulez, il n’y a rien à voir.

Les raisons qui ont amené la ministre sont entre autres l’achat de 40 ordinateurs HP à hauteur de 55 millions. La disparition de LVO (ticket) d’une valeur de 112 millions, la réorganisation des services des services centraux sans l’aval du conseil d’administration, le licenciement abusif des agents, l’ouverture d’un bureau du BNF à Kribi au Cameroun, les nominations des agents sans l’aval du ministre, et le non-versement de cotisation du BNF à la CNPS et FONAP.

Tous ces manquements ont agacé la ministre pour prendre une décision suspendant l’actuel DG. Bref c’est la mauvaise gestion de cette entreprise qui est devenue la vache à lait des certains généraux et leurs fils.

Selon nos sources, ce jeudi 04 novembre 2021, l’inspection générale du contrôle d’État (IGE) a débarqué au BNF afin de tirer au clair cette situation parmi tant d’autres. Espérons que les inspecteurs ne soient mis sous pression, et qu’ils puissent faire leur travail dans la transparence totale.

Le Tchad ne doit permettre à quiconque de fonctionner dans le faux.

Tchadanthropus-tribune

1298 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire