Depuis plusieurs semaines, l’état-major des armées s’organise à convoyer du matériel et des hommes au nord et au nord-Est du Tchad. Le cycle s’est accéléré depuis le dernier accrochage dans l’Ennedi entre les hommes de Béchir Faïk et une unité anti terroriste du régime. Depuis lors, des portes chars et des blindés quittent nuitamment N’Djamena vers le nord. Tout concorde vers une réorganisation des positions de l’armée de Déby au nord du pays. Tchadanthropus-tribune avait informé ses lecteurs sur la nomination des officiers et hommes de rang, des hommes qui ne devraient pas avoir d’accointance parentale avec les frères Erdimi. Les rebelles plusieurs fois non pris au sérieux, commencent par inquiéter le régime. Ils sont nombreux, bien armés bien que divisés, ils fassent planer la peur et installer une tension non équivoque. Les rumeurs diverses et variées à N’Djamena multiplient de propagandes et évoquent une offensive très bientôt de la rébellion. La dernière visite lundi après midi d’Idriss Déby à Faya entre dans la même optique. Déby a fait la visite de Faya sans aucun responsable politique de la région. Cela explique à tout point de vue que la visite ne requiert pas un aspect politique, ni un quelconque projet pour le Borkou. Le but est éminemment militaire. Ce qui se trame à Faya, les rebelles en sont informés en temps et en heures. Ils sont au courant grâce à plusieurs militaires et officiers mécontents au sein de l’armée. Ceux-ci vont jusqu’à évoquer une offensive de l’armée de Déby avec l’aide de l’armée française au sud de la Libye, dans les bases des forces rebelles. Tout doit être calquer sur l’exemple de l’épisode “ Matena Sara “. Attaque éclaire et destruction des bases. Les tchadiens seront attentifs à l’évolution de la situation… A suivre.

 

Tchadanthropus-tribune

3911 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article