De source bien introduite, le gouvernement tchadien veut accélérer la vente partielle de ses actions dans l’oléoduc Cotco, convoitées par la Société d’État du Cameroun SNH.

On apprend que la SNH camerounaise est candidate à la reprise d’une partie des actions du Tchad dans le pipeline Tchad-Cameroun. Le pipeline relie les champs pétroliers de Doba au port de Kribi. Selon une confidence, c’est depuis 2018 que la négociation pour la vente de la moitié de la participation de la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT) dans l’oléoduc Tchad-Cameroun s’est accélérée ces dernières semaines.

En effet, SHT détient 21 % dans la joint-venture Cameroon Oil Transportation Co (Cotco), qui rassemble Exxon Mobil (41 %), Petronas (30 %) et deux États : le Cameroun (5 %) et le Tchad (2,7 %). C’est ainsi que la Société nationale des hydrocarbures est candidate à la reprise d’une partie des actions détenues par SHT dans Cotco. Ainsi, dans un courrier du mois de janvier 2021 la société de conseil tchadienne chargée de la négociation Galileo Négoce & Conseil indique à SHT que  la  SNH  est prête  à  payer  150  milliards  de  francs  CFA  (environ230 millions d’euros) pour cette transaction.

« Dirigé par Serge Yawili Mokito, Galileo conseille la SHT sur cette transaction depuis la genèse de l’opération, initialement destinée à éponger une partie des dettes dues au trader Glencore, principal créancier du Tchad. En 2018, le ministre de l’énergie tchadien d’alors Béchir Madet avait directement correspondu avec le directeur général de la SNH, Adolphe Moudiki, pour échanger sur la possibilité de ce rachat, sans qu’aucun montant ne soit évoqué », souligne Africa Intelligence.

Par la suite, les négociations ont ensuite traîné en longueur avant de revenir sur le sommet de la pile des priorités du président tchadien Idriss Déby au regard de la crise économique engendrée par le Covid-19, qui frappe le Tchad de plein fouet. « Opérationnel depuis 2003, le pipeline Tchad-Cameroun relie les champs pétroliers de Doba au port de Kribi et permet d’acheminer près de 40 millions de barils/an produits au Tchad par China National Petroleum Corp.  (CNPC), Exxon Mobil ou encore Petronas. Il octroie à Cotco d’importants droits de transit, notamment grâce aux renégociations régulières à la hausse de ces tarifs, largement encouragées par le président camerounais Paul Biya », conclut le journal français.

Tchadanthropus-tribune avec la lettre du continent

769 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire