Administré par une régie depuis le non-renouvellement du contrat de gestion de Bolloré, le Port autonome de Douala doit faire face à plusieurs conflits avec les opérateurs maritimes.

Baron du bois camerounais, l’homme d’affaires Nassar Bouhadir a obtenu, le 5 août, la condamnation en première instance par le tribunal de Douala-Bonanjo, pour “abus de fonction” et “concussion”, du directeur du Port Autonome de Douala (PAD), Cyrus Ngo’o (ce dernier a immédiatement fait appel). Le conflit porte sur la décision unilatérale de la régie, seule gérante du PAD après le non-renouvellement du contrat de Bolloré (AI du 25/01/21), de relever le loyer de l’entrepôt de 24 521 m2 qu’y occupe la société Cana Bois de Nassar Bouhadir. Le port a réclamé au début de l’année 155 millions de francs CFA (235 000 euros) d’impayés à Cana Bois et, n’obtenant pas règlement, a fait poser des scellés sur l’entrepôt.

Ce n’est pas le seul procès auquel fait face la régie. Mercredi 18 août, Cyrus Ngo’o a été contraint de s’expliquer pendant plusieurs heures devant les enquêteurs du Tribunal criminel spécial de Douala sur le dossier d’un présumé détournement, dans le cadre d’un projet de sécurisation de la place portuaire. Le contrat d’une valeur de 32 milliards de francs CFA (48 millions d’euros) avait été attribué en 2018 à la société Portsec SA, dirigée par l’israélien Tzafir Tzvi.

Le plaignant Nassar Bouhadir s’est déjà mesuré à des ministres

Le conflit avec Nassar Bouhadir est potentiellement gênant pour le port, car l’homme d’affaires dispose d’une large surface financière et surtout de solides réseaux, et il a déjà obtenu des arbitrages gouvernementaux en sa faveur. En 2002, le ministre de l’environnement et des forêts Sylvestre Naah Ondoua avait été désavoué à la suite de sa décision de sanctuariser l’habitat des gorilles dans la région de Mengame (Sud), qui contrevenait aux intérêts de Petra, une autre entreprise de Nassar Bouhadir (AI du 18/10/00). En 2012, ce dernier s’était également affronté au ministre de la Forêt Philip Ngole Ngwese, qui avait annulé le permis d’exploitation d’une de ses sociétés dans la forêt de Yoko (département du Mbam et Kim), pour exploitation illégale.

Très procédurier, Nassar Bouhadir a également engagé plusieurs procès contre ses partenaires, notamment l’homme d’affaires camerounais Robert Atangana, PDG de la société de traitement de bois INC.

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

297 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire