Montréal – Ottawa – Londres, des destinations prisées des familles qui affluent avec bagages et enfants. Qu’est-ce qui explique cet exode tout à coup soudain des gens perçus et acquis comme proche du système MPS ? À coup d’œil, rien ne semble expliquer cette transhumance soudaine. Le Tchad est dans une accalmie que rien ne semble perturber. Le régime MPS vaque à ses occupations et laisse entendre que rien ne viendra l’ébranler. Pourtant, et malgré cette accalmie, plusieurs de nos compatriotes sont inquiets. Rien ne va plus, et les plus sceptiques annoncent des lendemains ténébreux. Les conditions de vie de nos compatriotes à l’intérieur du pays sont sans oxygènes, la vie courte est aux ralenties. Ceux qui arrivent à s’échapper de ce gouffre le disent sans médire que rien ne va plus au Tchad. Si le régime tente plusieurs diversions pour convaincre du contraire, la vérité est bien là et s’installe de sa réalité implacable. C’est ainsi que sont aperçus conjointement certaines familles de dignitaires tchadiens à Londres où plusieurs d’entre elles s’identifient comme des réfugiés Darfouri fuyant la guerre au Darfour, d’autres au Canada, arrivées depuis la semaine dernière sous des identités connues, mais qui changeront au plus vite pour couler des jours tranquilles, loin du chaos général que leurs époux et parents creusent chaque jour sur nos compatriotes.

Tchadanthropus-tribune

3223 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article