Nous tenons à porter à la connaissance du peuple tchadien que par décret N° 366/PCMT/PMT/MATD/2021 du 23 aout 2021, le président du conseil militaire de transition à nommer Abdoulaye Abitou Ramoido Dilhi, chef de canton Dar Assala, dans la Sous-Préfecture de Moïto, département de N’goura, province de Hadjer Lamis, en destituant Mr Ousmane Hissein Bourma.

En effet, selon les informations à notre disposition, tout est parti de l’assassinat crapule de Mahamat Djidda, chef d’antenne des renseignements généraux, du Commissariat de l’Ordre Publique N°15, abattu par son collègue Adam Idriss Miss, fils du général Idriss Miss Mouro.

Des sources dignes de foi, nous renseignent que, lors du sacrifice de ce dernier, une réunion s’est tenue au domicile de la famille du défunt, à laquelle avaient pris part plusieurs dignitaires et notables Arabes, parmi lesquels figure le chef de canton Ousman Hissein Bourma.

Après plusieurs interventions, s’inscrivant dans la logique de condamner cet acte odieux et inhumain, le chef de canton Ousman, joignant sa parole aux autres, a également déploré l’incident, tout en réclamant que justice soit rendue à la famille éplorée, avant de rappeler toute la communauté au calme.

Il est important de rappeler que, le défunt chef d’antenne assassiné appartenait à la communauté Arabe, Salamat, Assala, dont Ousman Hissein Bourma est le chef de canton au moment des faits.

Il est important de rappeler aussi qu’après sa prise de parole en public à cette occasion, il a reçu des menaces par personnes interposées, tendant à sa destitution, par rapport à son soutien à la famille de la victime qui éprouve une soif de justice.

Une administration qui se respecte ne doit pas procéder de la sorte. Elle ne doit pas être l’émanation des rumeurs pour induire le président de la Transition dans des erreurs.

Notre pays, et ceux qui détiennent l’autorité de l’état doivent établir la loi, la justice, et l’équité. Ce qui vient de se passer est une pure vendetta envers Mr Ousman Hissein Bourma pour la simple raison qu’il a conseillé la justice et le calme. C’est ce qui fait réagir la partie adverse, et qui lui vaut la médisance et la calomnie.

Correspondance particulière

626 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire