Pendant longtemps, les analystes férus l’avaient affirmé. “ Pour prétendre être nommé par décret de la main d’Idriss Déby, vous devez absolument faire le griot des champs. Il faut apparaître dans une cérémonie de cette grande arnaque pour qu’on vous parachute à un poste. Adieu les diplômes “. Plusieurs de nos articles l’ont clairement affirmé. La fondation grand cœur qui agit avec les hommes au service de l’état, les biens de l’état, et les logistiques de l’état, agit en lieu et place des structures du ministère de la Santé, où les prérogatives sont identiques. Allez faire comprendre que l’aspect régalien de l’état désavoue complètement le rôle de cette grande arnaque qu’est cette fondation grand cœur. Pour être nommé, il faut être au service de grand cœur d’abord. L’exemple de madame Amina Ehémir et sa nomination à l’ANATS est flagrant. Elle était SG au grand cœur avant de lui faire porter les parachutes.

 

Pourquoi Mr Abakar Adoum Haggar a été remercié ?

Il paye une partie de sa loyauté aveugle envers Idriss Déby qu’il réussit à porter au pouvoir lors des élections d’avril 2016. Au-delà de la loyauté, cette guéguerre sur les documents et passeports biométriques lui a été fatale. Il n’y a pas longtemps, Tchadanthropus-tribune évoquait une diatribe de second niveau entre des émissaires envoyés depuis le palais rose pour faire accepter l’exécution d’un projet. Reprendre le marché de la faisabilité des documents sécurisés (passeports, cartes d’identité et autres) octroyé à l’entreprise française Morpho et faire un deuxième marché envers une entreprise belge dont les intermédiaires ne sont pas inconnus à la présidence des Itno. L’affaire créa un vrai scandale et Idriss Déby chercha à calmer le jeu. Face à ce qui apparaissait comme une humiliation, le PCA Abakar Adoum Haggar s’énerva de ne pouvoir remplir sa mission convenablement, pire les connivences voulaient lui faire porter des faux marchés, et lui mettre sur le dos des activités illicites. Depuis lors, Abakar Adoum Haggar refusa de répondre à une quelconque convocation, et parti se reposer à Iriba son village natal. Hissein Tolli, adjointe à l’IGE, exécuteur de basse manœuvres ordonna un sceau de contrôle à l’ANATS où les conclusions ne sont jamais communiquées officiellement. Depuis lors, plus rien ne va. Morpho décida d’aller vers les tribunaux si le pouvoir de Déby révisa lesdits marchés, puisque les passeports dont la fabrication est terminée et en phase de livraison dans les semaines à venir. Plus de 19 milliards de FCFA ont été empruntés pour répondre aux conditions de biométrie sur les passeports et les cartes d’identité. Un emprunt en cas de révision de marché sera pour le Tchad comme une dette à l’exemple de Glencore. Quoi que l’on dise, Abakar Adoum Haggar est un cadre chevronné par plusieurs années d’expérience. Ce n’est pas un homme qu’on peut tourner comme une manivelle de grand carrosse. Sa position comme PCA à l’ANATS pose un réel problème à Idriss Déby. Le lobby qui a voulu rompre les accords avec MORPHO et s’orienter vers les Belges parce qu’ils promettaient des petites dimes n’était pas loin, puisque le lobby en question faisait la pluie et le beau temps au Tchad actuellement. Ayant échoué de faire nommer madame Amina Ehémir comme membre du gouvernement, on lui proposa ce poste dans un grenier à rats, où plusieurs proches du système y regardent jour et nuit, comme si les prérogatives de l’ANATS sont pour eux un domaine personnel. S’en sortira-t-elle ? Sans doute puisque Amina Ehémir est une jeune femme intelligente, mais est-ce qu’elle aura les mains libres pour faire ses choix et travailler ? Rien n’est sûr. Mais sur cette affaire, tout le monde aura remarqué l’ingratitude d’Idriss Déby envers Abakar Adoum Haggar. Qui a dit que le serpent ne mord jamais son maitre, même si c’est lui qui l’a soigné ? Chacun appréciera jusqu’au jour où Déby voudra se racheter.

Tchadanthropus-tribune.

 

Lire l’article du 18 juin 2018 sur la même affaire.

18/06/2018: #TCHAD #IGE #Déby #ANATS : Le revirement de Déby et ses proches qui couterait 19 milliards de FCFA de dettes aux Tchadiens.

Abakar Adoum Haggar est présenté par les politiques du pays comme l’éminence grise du régime MPS, tellement qu’il avait joué des rôles lugubres, mené des missions escamotées et très sensibles. Mais il y a juste quelques semaines, cet éminent cadre apparenté à Idriss Déby de côté maternel aurait appris à ses dépens.

Tout est parti d’un questionnement sur le marché attribué à la société française Morpho qui s’est occupée des faisabilités biométriques de l’élection présidentielle de 2016. Le marché pour la faisabilité biométrique des passeports, cartes d’identité, cartes grises et autres accessoires a été attribué officiellement à Morpho sous les indications du même Abakar Adoum Haggar. Idriss Déby avait paraphé les documents en guise de remerciements à ladite société pour service rendu. La société s’est attelée à accomplir son marché et respecter les délais d’échéances. Les passeports sont prêts, puisque la livraison des documents devrait intervenir courant juillet 2018.

Mais au jour du questionnement, et à la grande surprise des administrateurs de l’ANATS, le président tchadien en personne ordonna à ce qu’on reprenne le marché des documents en faveur de Morpho pour le donner à un autre groupe de Belge qu’auraient introduit la 1ère dame Hinda Déby et ses proches. C’est dire que les milliards que le Tchad a avancés à travers une banque et versés en totalité à Morpho allaient passer par perte et profit. Jean Bernard Padaré alors SGP cité dans notre 1ère publication est un intermédiaire de transition, sans un réel poids dans l’affaire. Les vrais tenanciers étaient trappés dans les coulisses du palais rose. Pourquoi reprendre le marché dont le règlement financier a été déjà formalisé avec Morpho et faire rentrer dans l’arène un groupe de Belges pour que le Tchad paie à nouveau des milliards, parce que des prédateurs quelconques veulent y tirer des royalties ?

On s’en fout du Tchad, nous répond notre correspondant. Tant qu’on puisse s’enrichir personnellement le reste qu’il aille en enfer…

À sa décharge, nos sources affirment que le sieur Abakar Adoum Haggar aurait refusé d’abdiquer. Sa réponse fut cinglante à l’endroit du petit Hissein Tolli venu lui remettre l’injonction de son oncle. “ Je ne ferais pas perdre de l’argent au Tchad “ indique Abakar Adoum Haggar. “ Si nous renvoyons Morpho, nous perdrons les 19 milliards de FCFA déjà payés, et nous aurons une crise à l’échelle de Glencore “ rétorqua une fois de plus Abakar Adoum Haggar. Le petit Hissein répond juste qu’il est venu faire sa mission.

Devant le refus niet des responsables de l’ANATS, on actionna les inspecteurs de l’IGE pour venir faire une descente et accabler toute personne avec un marché quelconque, même si cela s’est fait dans les normes. Face à ce qui apparaît comme une humiliation, Abakar Adoum Haggar fit dire clairement à l’endroit des missionnés, qu’il faudrait se rappelé un jour comment les résultats de l’élection présidentielle se sont passés, et quel rôle avait-il joué pour affermir la place du régime actuel, fut-il aléatoire, direct et inopportun… L’IGE procéda ses contrôles et rendit ses résultats à qui de droit. Selon nos sources, la crise demeure encore pendante entre les différentes parties en belligérance.

Cette affaire explique et fait comprendre à nos citoyens comment notre pays est géré. À maintes reprises, des milliards de nos francs ont été expédiés par mégarde, souvent volontairement et cette volonté affichée de vouloir enrichir des individus au détriment de l’intérêt supérieur de la nation. Combien de cas pareils ont été mis sous le tapis sans que le commun de mortel ne sache quoi que ce soit ? Sait-on comment la société Air-Tchad a englouti des sommes pour l’intérêt d’un certain Zackaria Idriss Déby (alias Hibou) qui a bradé les avions du pays et qui commercent pour son compte personnel ? Les sociétés-écrans pullulent et les avions du Tchad sont au cœur des trafics dans le Moyen-Orient sans qu’aucune autorité ne daigne chercher à savoir le pourquoi du comment.

Voler le Tchad et y boire le sang de sa population paraît une chose ordinaire pour certains qui, sans aucune honte nous marchent dessus avec l’argent qui ne leur appartient pas. Et, et pourtant sans aucune honte même envers Dieu tout puissant, ceux-là mêmes utilisent ce même argent sale pour aller en pèlerinage à la Mecque et invoqué des prières pour soi-disant demander le pardon. Si les faits sont cachés à nos populations, Dieu est-il aveugle de cette déperdition ?

Faut croire qu’un jour, avant la justice divine, tout se paye ici bas sur cette terre. Un jour viendra où le Tchad restera tel, sauf la honte et le mépris suivra ceux qui auraient voulu l’assassiner.

Vive le Tchad.

Tchadanthropus-tribune

Aucun texte alternatif disponible.
2498 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article