Chassez le naturel, il revient au galop.

Si pendant 31 ans de délations, de corruptions, et de tricheries n’ont pu forger que de grands voleurs, en lieu et place de vrais cadres et commis de l’État, rien ne changera l’homme. C’est le constat amer que nous sert le comité mis en place à cet effet.

Sélection sur des bases et critères de copinage, sectarisme, clientélisme, et partisans de boucherie mercantile. Le comité crée pour la mise en place du Conseil national de Transition (CNT) est une mise en science.

En dépit de critères arrêtés pour solliciter la candidature des postulants (les vrais), le MPS et ses jeunes hommes de quartier habitués aux magouilles et au clientélisme joue son va tout pour placer les béni-oui-oui et ses agents infiltrés au sein de la société civile.

Jamais on ne laissera les mains libres aux membres sérieux du comité d’examiner dossier par dossier pour faire un choix objectif.

Déjà dans l’État-major du MPS c’est la panique. Le MPS CHERCHE par tous les moyens à avoir la majorité au sein du futur CNT, et pourtant malgré l’éminence de ses membres habitués au coup bas, cela n’est pas encore acquis. Tous ceux qui viennent de la société civile, et des organisations faîtières et qui ne sont pas affiliés au MPS ne seront jamais retenus, parce que c’est ainsi voulu. Le MPS veut reconduire ses députés de l’ancienne Assemblée nationale dans le CNT. Cela n’augure en rien un vrai changement.

La présence du numéro deux du MPS au sein du comité en tant que Vice-président du Comité, n’est pas le fait du hasard. Déjà au sein du parti à l’oriflamme, les ténors se disputent la tête du CNT alors qu’il n’a pas été mis encore en place. KABADI l’artiste voleur connu et reconnu veut revenir en charge, malgré sa santé chancelante et sa bourde à la mort d’Idriss Déby.

Kolotou Tchami, pense encore que l’ère MPS n’est pas finie, qu’il y a raison de penser qu’il faut continuer de la même manière. Il tient mordicus à ce poste. Le pauvre passe des nuits blanches en faisant le tour des maisons de tous les cadres du MPS pour solliciter leur soutien.

Enfin le grabataire Moussa Kadam, en fin de potentialité, mémoire grise de l’ancien MPS pense devoir faire les mêmes micmacs pour finir ces derniers jours au perchoir afin de plaire au président du CMT.

Entre-temps, les autres militants du MPS dans leurs différentes structures se battent fort, et chacun cherche absolument à faire entrer dans ce machin qui ne ressemble ni plus ni moins à une caisse de résonance.

Les Tchadiens ne doivent plus accepter qu’on mette en place une CNT qui doit être une copie pâle de l’ancienne Assemblée nationale qui obéissait au doigt et à l’œil à l’exécutif. Le Tchad doit être dirigé autrement, et avec équité, pas de la manière abjecte servie depuis 31 ans.

Tchadanthropus-tribune

851 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire