POLITIQUE – Les députés ont adopté le 1 mars une loi portant modification du Code électoral avec 138 voix pour. Soit une majorité écrasante.

C’est l’article du Code électoral qui fait le plus parlé dans les sphères politiques tchadiennes ces derniers jours. L’article 128, qui stipule que l’âge requis pour candidater à la présidence, a été révisé : de 45 ans, il passe désormais à 40 ans, conformément à la Constitution.

Autre modification : l’article 195, lié à la représentation des Tchadiens de l’étranger. “Les conditions ne sont pas réunies pour permettre aux Tchadiens de la diaspora de voter“, a expliqué le ministre de l’Administration du territoire et des Collectivités autonomes, Mahamat Ismaïl Chaïbo, précisant que la crise sanitaire Covid 19 n’a pas permis l’installation des démembrements de la CENI.

Ineptie après dépôt de candidature à la présidentielle à 40 jours des élections présidentielles tchadiennes. C’est maintenant que l’assemblée nationale vote la modification de l’âge requis pour prétendre être candidat à ces élections. Le décret d’application n’est pas encore signé. Peut-on accepter de vivre dans un état ou les institutions sont illégales comme l’assemblée élue il y a 11 ans alors que son mandat est de 5 ans, et même la constitution qui se réfère à une constitution abrogée ? Et Macron soutient Déby le criminel !

Mbaindangroa Djekornonde Adelph

239 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire