Le principe de séparation de fonctions est de mise si l’entreprise veut maîtriser au mieux son contrôle interne et surtout si elle cherche à être performante.

 

La COTONTCHAD SN comme sa raison sociale l’indique a pour objet social la collecte et l’engrenage du coton graine. Jadis, c’était l’office National de Développement Rural (ONDR), une structure étatique, autonome et liée au ministère de l’agriculture qui était chargée de l’encadrement technique, de l’introduction de la culture attelée et de l’approvisionnement des intrants agricoles. Mais pour pallier au désengagement de L’ONDR, la COTONTCHAD a créée en 1994 un service dit “de l’interface”, appelé à servir d’outils de liaison entre les paysans et la société. L’interface est chargée de la fourniture des intrants, du suivi des prévisions statistiques puis de l’organisation de Marché Autogéré (MAG).

 

Ce service a évolué avec le temps pour donner naissance à la Direction de la Production Cotonnière (DPC), gérée depuis quelque temps par M. Fauba PADACKE, l’aîné de l’actuel premier ministre. Cette direction depuis lors est devenue la propriété d’une seule personne et qui malheureusement, par complicité ou incompétence fait voir à la COTONTCHAD SN de toutes les couleurs.

Une mafia bien  organisée et spécialisée dans le détournement des intrants agricoles parrainée par le grand frère du PM dont nous ne cessons de rappeler qu’il cumule à lui seul les deux postes hautement stratégiques au sein de la Coton Tchad (Directeur Général Adjoint et Directeur de la production cotonnière).

 

  1. Fauba PADACKE, a demandé à son petit frère le premier ministre de le nommer Directeur Général Adjoint tout en conservant son poste chargé de la production cotonnière, chose faite et bonjour la mauvaise gestion.

La question qui se pose est pourquoi veut-il garder à tout prix la Direction de la Production Cotonnière sous ses jougs ? Craint-il que si une autre personne le remplace découvre la réalité de ce qui s’y tramait ? Ou juste qu’il se cherche une porte de sortie au cas où il sera sauté ?

Des milliers de sacs d’engrais et d’urée ont été détournés par certains agents véreux de la DPC sous la bénédiction de M. Fauba dont la stratégie consiste à corrompre ou en connivence avec certains cotonculteurs.

 

Il est important de rappeler également que la mauvaise gestion des intrants a eu comme conséquence des arriérés d’environ 5 milliards de nos francs et que l’Etat était obligé de prendre ce passif stratégique lors du passage de la COTONTCHAD d’antan à la COTONTCHAD SN.

 

Il convient aussi de noter que cette campagne (2017) elle est particulière car la COTONTCHAD SN n’a reçu aucun crédit de campagne donc n’a rien commandé comme intrants. La quantité des intrants disponible en stock, ne sera vérifiable que s’il y a eu une mission inopinée de vérification des chefs de service des zones Est et Ouest, des superviseurs basés dans différentes zones usine de la COTONTCHAD SN car ce stock est la chasse gardée de M. Fauba. Sur ce, l’Inspection Générale d’Etat (IGE) est interpellée.

 

A l’heure où je saisis ces lignes, les prévisions statistiques sont toutes biaisées, des cotonniers longs de deux mètres dans la zone de Léré n’ont pratiquement pas de capsules, des mises en place des engrais, d’urée et sans semence. Bref, les conséquences directes d’une direction complètement moribonde et qui continue de recevoir des coups de massues d’un directeur complètement défaillant, qui, est le tout puissant grand frère du premier ministre Pahimi PADACKE.

 

Doit-on faire bon nous semble parce qu’on est le grand frère du premier ministre ?

Doit-on cumuler des postes bien qu’incompatible avec les textes du pays tout en mettant en péril le gagne pain de plus de quatre millions de nos citoyens parce que cette personne est le grand frère du premier ministre ?

 

Où est la primauté de l’intérêt général ?

Un agent de la Coton Tchad SN

1469 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article