En moins de 48 heures, les assassins de la femme d’affaires chinoise tuée pendant les jours des fêtes du ramadan avaient été appréhendés ; l’argent (un peu plus d’une centaine de millions) avait été récupéré et rendu aux officiels Chinois avec tous les regrets diplomatiques et les assurances que ces malfrats seront sévèrement punis et la famille grassement dédommagée. D’ailleurs, les défilés des responsables tchadiens en direction de l’ambassade de Chine en dit long sur leur l’embarras ; le spectre d’une crise diplomatique avec la Chine est très redouté par ici.

 

Si 48 heures avaient suffi aux responsables de la sécurité pour arrêter les assassins de la Chinoise et restituer les cent et quelques millions, “l’enquête” sur l’odieux assassinat de la Tchadienne joaillière Hadjé Hawa Abba au cours duquel l’équivalent en or de 733 millions avait été emporté, a duré quatre ans et cinq mois sans résultat. il est vrai que le volume d’or récupéré sur la malheureuse avait attisé des convoitises à un très haut niveau et surtout que le risque de se voir demander des comptes est extrêmement réduit ; Hadjé Hawa est tchadienne et ne peut compter sur aucun autre pays puissant pour obtenir justice.

 

Pourtant, les indices et certains points obscurs nous confortent dans notre conviction que ces malfrats avaient bel et bien été arrêtés et relâchés par la suite ; le ministre de la Sécurité de l’époque Monsieur Oki Dagache l’avait affirmé sans ambiguïté lors d’une présentation des malfrats à la télévision nationale, pour se rétracter le lendemain. Nous sommes tchadiens et nous nous connaissons très bien ; tout le monde sait que certains responsables de la sécurité de l’époque et même ceux qui sont actuellement aux commandes nouvellement nommés possèdent les contacts téléphoniques de tous les malfrats de la ville ; ils les connaissent non pas pour des nécessités de service, mais pour avoir appartenu à leurs rangs et pour avoir évolué avec eux à une certaine période ; Dans un pays où des malfrats sont promus à la tête des services chargés de la sécurité des citoyens, nous connaîtrons toujours des assassinats non élucidés surtout quand d’importantes sommes d’argent sont en cause.

 

La formation des réseaux mafieux incluant des hauts responsables du parquet et des responsables des services de sécurité est connue de tous les Tchadiens. L’assassinat de Hadjé Hawa Abba et l’or qui était en sa possession à fait les beaux jours de certains responsables bien connus et l’enrichissement brusque et inexpliqué de beaucoup d’entre eux et surtout le quasi-abandon de l’enquête par la police et la gendarmerie nous amènent à nous poser un certain nombre de questions, réserves mises à part. Quoi qu’il en soit beaucoup d’indices et de faits évidents nous ont permis avec le temps de nous faire une idée des coupables et de leurs commanditaires ; ils paieront tôt ou tard quand la vraie justice verra le jour dans notre pays.

 

Nous continuons à y croire.

Mahamat Nour Ibedou

2164 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article