Tout en présentant ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées par ce drame, et partant de là, à toute la communauté tchadienne, elle affirme que l’urgence est signalée pour éluder la situation.

« Nous demandons au gouvernement l’ouverture d’une enquête, afin de situer les responsabilités et engager des poursuites contre les auteurs, les complices et les commanditaires. Depuis l’avènement de l’orpaillage dans la province du Tibesti, la situation de l’environnement s’est fortement dégradée en raison du flux des orpailleurs qui sont venus de tout bord », explique le président de l’APET, Dr. Djidi Wardougou.

En outre, l’APET demande au gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires pour la protection de l’environnement et interdire l’utilisation de tout produit nocif dans les différentes sites de l’orpaillage.

L’APET trouve que les solutions proposées par le gouvernement ne sont pas suffisantes pour favoriser la paix et le vivre ensemble ; il serait préférable que le gouvernement puisse prendre des décisions susceptibles de clarifier la situation puisque les termes utilisés lors du conflit comme « Zourga » ou « Djandjawid » n’existent pas dans le vocabulaire tchadien.

« il est préférable que le gouvernement du Tchad suspende l’attribution des parcelles d’exploitation d’or aux entreprises ou tierces sociétés avant de situer les responsabilités dans ce conflit et de prendre toutes les mesures nécessaires dans le cadre de l’environnement », martèle le président de l’APET.

Dr. Djiddi Wardougou.

154 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire