Le Conseil militaire de transition placé sous l’autorité de Mahamat Idriss Déby vient de passer commande de 60 véhicules blindés légers qui seront livrés par l’américano-émirati The Armored Group (TAG).
 
Menace rebelle provisoirement écartée, l’armée tchadienne n’entend pas pour autant baisser la garde au regard d’une situation sécuritaire tendue.
 
A la suite du décès du président Idriss Déby, la capitale tchadienne avait été d’avril à début mai sous la menace d’une colonne de combattants rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT). Le 9 mai, le chef d’état-major des armées Abakar Abdelkerim Daoud annonçait officiellement la déroute des rebelles et la fin complète des opérations.
 
Le Conseil militaire de transition (CMT) dirigé par Mahamat Idriss Déby, dit « Kaka », table néanmoins sur une persistance de la menace dans le temps, avec de possibles nouvelles offensives rebelles depuis le sud libyen – base arrière du FACT et d’autres groupes rebelles – dans un délai de neuf à douze mois. L’Agence nationale de sécurité (ANS) tchadienne suit ainsi de près le regroupement depuis début juin de plusieurs éléments du FACT à proximité des villes de Gatroun et Mourzouk, dans le Sud-Est libyen.
 
Face à cette menace, l’Armée nationale tchadienne (ANT), à l’instigation du CMT, met actuellement les bouchées doubles pour poursuivre la motorisation de ses troupes. Elle a ainsi passé commande, fin mai, d’un lot de 60 véhicules blindés de type Terrier LT-79 conçus par le constructeur américano-émirati The Armored Group (TAG).
 
N’Djamena, qui a d’ores et déjà avancé 50 % du prix de la commande, devrait bénéficier de ce soutien dans les plus brefs délais. Les Terriers, qui sont basés sur un châssis de Toyota Land Cruiser 79, doivent permettre de satisfaire les besoins d’ultra-mobilité formulés par le haut commandement militaire tchadien. Pendant l’offensive rebelle, celui-ci s’était notamment appuyé sur des blindés turcs Ejder Yalçin livrés par Nurol Makina pour les contingents tchadiens de la Minusma en 2018 et opportunément redéployés.
Lancé en toute urgence dans une course à l’armement pour contrer l’offensive du FACT, le CMT s’était détourné des traditionnels circuits d’approvisionnement de défense est-européens, essentiellement assurés, en matière aérienne, par des sociétés ukrainiennes et russes (AI du 12/05/21).

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

1533 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire