La coordination des Actions Citoyennes « Wakit Tama » a fait une déclaration à la presse ce 14 juillet 2021, relative à l’abus du pouvoir par le Conseil militaire de transition (CMT). A cette occasion, Wakit Tama précise qu’elle a adressé au CMT un mémorandum, par lequel elle donnait les gages de sa bonne foi et de sa responsabilité, en expliquant pourquoi le peuple manifeste dans les rues.

Par ailleurs, elle déclinait sa vision pour le dialogue inclusif et engageait le CMT à prendre des mesures préalables aux fins d’instaurer un climat de confiance avec le peuple tchadien. « Ces prérequis sont nécessaires pour nous convaincre de la volonté politique du CMT d’être au service du peuple tchadien dans son ensemble et surtout, de son aptitude et compétence à gouverner ce pays », ajoute ce texte. Dans ce même document, Wakit Tama souligne que c’est la considération de l’exercice de fait du pouvoir qui a amené Wakit Tama à rencontrer le Premier ministre de la transition, pour échanger sur les questions urgentes du Tchad.

Dans la même logique, Wakit Tama a avisé le ministère de la Sécurité publique et de l’Immigration, de l’organisation d’une marche pacifique le 14 juillet 2021. « Et au lieu de prendre la juste mesure de notre sens de responsabilité, le ministre de la Sécurité publique a cru devoir semer la zizanie au sein de Wakit Tama, tout en persistant dans la pratique honnie de la limitation dictatoriale de l’exercice des libertés fondamentales. Ces autorités, si elles estiment encore être au service de la République, n’ont pas d’autres obligations que celles de sécuriser les manifestants, pas d’endiguer leur marche. Wakit Tama entend conserver sa liberté d’initiative citoyenne ». « Nous ne serons jamais des marionnettes », dénonce Wakit Tama.

L’organisation souligne que la preuve est ainsi faite, à la face du monde, de la nature liberticide de la junte au pouvoir qui, en même temps, démontre son incapacité de réguler une manifestation allant de trois points de la ville pour converger vers la place de la nation. Elle se prive aussi du label démocratique que certains partenaires internationaux prétendent lui reconnaitre.

Enfin, Wakit Tama rappelle au peuple tchadien qu’il n’y a pas d’autres choix que de résister à la perpétuation de l’ignominie qui s’étale chaque jour au vu de tout le monde, en de violations massives et systématiques des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Wakit Tama dénonce les actes de nominations et de recrutements à connotation clanique, lesquelles sont sources d’une montée ahurissante des sentiments porteurs des germes de division.

Tchadanthropus-tribune avec Alwihda

695 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire