De source bien informée, l’ambassadeur du Tchad en chine Maïtine Djoumbé se trouve au centre d’un circuit de blanchiment de fonds, qui lui permettrait d’acquérir des biens immobiliers, et autres investissements au Tchad.

La même source évoque plusieurs détournements de deniers publics lors de ses passages dans les diverses chancelleries (Bruxelles, Washington, Pékin). Avec certains hommes d’affaires qui voudraient investir au Tchad, il aurait obtenu des rétro-commissions avant qu’il n’accepte de les introduire auprès d’Idriss Déby. Pratiquement tout institution qui frappe à sa porte devrait monnayer sa collaboration.

Alors, d’où vient la richesse soudaine de l’ambassadeur Maïtine Djoumbé, sachant que le salaire d’un ambassadeur en poste à l’étranger n’excède pas les 1 millions de FCFA ?

Rien que dans la capitale tchadienne N’Djamena, il a acquis une villa estimée à 1 milliards de FCFA avec un parking souterrain. Selon l’intermédiaire qui s’est occupé du bien acquis auprès d’un notaire, Maïtine Djoumbé a acheté cette villa à 700 millions de FCFA. Dans la même ville de N’Djamena, il aurait aussi investi dans 8 maisons qui sont en location.

Pendant la campagne électorale, Maïtine a fait envoyer depuis la Chine (Pékin) 1500 tee-shirts et 1500 casquettes pour le mouvement MPS.

De l’avis d’un observateur présent lors de la réception de cette donation devant feu Idriss Déby de son vivant, le président tchadien s’est interrogé en s’exclamant, « encore Maïtine a commencé avec ses blanchiments de détournements ». L’ex-président tchadien était vraiment froidement en colère. La même source prédisait que si la campagne était finie, l’ambassadeur Maïtine allait être rappelé. 

Toute administration honnête doit absolument faire œuvre de salubrité publique en imposant des contrôles à tous les étages des ministères, des directions, des chancelleries, et autres régies du pays afin de maitriser la gouvernance de manière générale.

Combien gagne en salaire un fonctionnaire des affaires étrangères, ambassadeurs et autres, et regardons les biens acquis, sachant qu’un fonctionnaire n’a pas le droit d’exercer un autre métier en dehors de celui que lui assigne l’État.

Ce n’est que cette manière franche que les Tchadiens pourront maitriser et combattre les corruptions, le clientélisme et les détournements.

Mais, un fonctionnaire qui a un salaire de 500 000 FCFA, avec des biens acquis à hauteurs de plusieurs millions, doit interpeler chacun d’entre-nous. 

Au-delà du problème de bonne gouvernance, c’est aussi une optique de justice sociale, et d’équité.

La vie en société, le regard qu’on veut projeter c’est aussi ça… 

Tchadanthropus-tribune

1293 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire