Une première réunion de la commission ad hoc en charge de la restitution des biens des politico-militaires.

L’ex-président Goukouni Weddeye a été choisi pour présider la commission ad hoc afin de restituer les biens mal acquis des soi-disant vainqueurs d’hier qui résistent à évacuer manu militari les biens qu’ils ont occupés par la force.

Le comité technique spécial avait commencé bien longtemps le recensement des biens appartenant aux leaders politiques et militaires. L’objectif est de lancer la procédure qui constituerait à faciliter d’abord le dialogue avec les politico-militaires et jeter les bases d’un dégel des rencontres.

Mais, à l’organisation d’un comité de recensement des biens, certains mauvais occupants font comprendre qu’il n’en est pas question de quitter les lieux, sous prétexte que l’État doit les indemniser.

Comment comprendre une occupation de plusieurs années des maisons et villas d’autrui sans aucun versement de loyers, et dire que pour quitter les lieux il faudrait que l’État verse une indemnité avant que ces personnes quittent les lieux ?

Pour ceux qui acceptent de partir après un délai, il faut constater avec amertume la dégradation des lieux. Murs, carrelage, robinet, tout est cassé, dégradé.

La réunion faite par le comité ad hoc hier dans l’après-midi à N’Djamena permettra de faire le tour de la situation, et demandera à l’État d’être accompagnée de la force publique et militaire pour effectuer le travail. Sinon les récalcitrants, eux États dans l’État, sont souvent armés (pendant que les autres Tchadiens sont désarmés) et se définissent comme la communauté tenante du pouvoir, ne comptent pas s’exécuter facilement et logiquement.

Après la signature le 23 décembre dernier du décret mettant en place cette commission ad hoc chargée du recensement et la restitution des biens immobiliers appartenant à des politico militaires par le président de la Transition, Mahamat Idriss Déby doit donner tous les moyens nécessaires afin que le CTS (comité technique spécial) puisse réussir sa mission.

«Pour réaliser notre mission, il faudra non seulement libérer aux propriétaires leurs biens immobiliers, mais aussi trouver des solutions alternatives aux occupants», rapporte-t-il.

Goukouni Weddeye suggère au ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration qui est en même temps vice-président de la commission ad hoc de réunir les membres de la commission afin de présenter un état des lieux comprenant entre autres «la liste des biens immobiliers saisis, les personnes qui les réclament, les occupants actuels et l’état actuel des biens. Il propose un délai d’une semaine pour ce travail. Le ministre de la Justice et le ministre secrétaire du gouvernement peuvent nous faire un point sur la procédure à suivre pour la restitution des biens immobiliers. Compte tenu du temps qui nous est imparti et le court délai de notre mission, je propose que d’ici fin janvier notre travail soit terminé si cela est possible», complète Mr Goukouni Weddeye.

Tchadanthropus-tribune

1235 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire