À sa place, toute personne ayant usé et abusée du système passé devrait se taire.

Pendant plusieurs décennies, plusieurs apparatchiks qui avaient accompagné feu Idriss Deby ont usé et abusé du système. Ils étaient califes à la place du calife, arguant et défendant des positions, même quand l’ensemble des Tchadiens montraient du doigt certaines anomalies.

Ces compatriotes gardaient un équilibre physiologique en chuchotant des conseils à la dérive, mais dès qu’ils avaient un pied dehors, ils critiquaient le même système qu’ils servaient.

À l’étranger le discours était souvent différent, mais dès qu’ils posaient les pieds sur le sol national, ils mutaient comme des caméléons. Des cadres, des hommes politiques, des hommes d’affaires, tous cochaient à la même case. Une hypocrisie de circonstance, politique et malsaine, bravant toute loyauté et posture responsable. Chacun sciait cette branche sur laquelle il était assis. Cette méthode malsaine avait perduré pendant longtemps, mais l’humain oublie souvent que toute tromperie à une fin.

L’hypocrisie politique.

Moussa Faki est le fruit emblématique du régime qu’il a servi pendant plus de 25 ans, et qui l’a porté à l’union africaine à coup de plusieurs milliards de FCFA pour convaincre les pays sceptiques.

Qu’a-t-il légué au peuple tchadien en termes d’héritage pour ergoter de la sorte sur une tribune où il fallait prôner la paix ?

Est-il la personne indiquée pour se dévêtir de l’étoffe qui l’a érigé au sommet de l’Afrique ?

Le discours de Moussa Faki, en ce 20 août 2022, annonce une candidature déguisée à la présidence du Tchad, mais il est loin d’être l’homme providentiel pour les Tchadiens, parce qu’il est comptable de tous les méfaits et reproches faits à l’endroit du système.

Ce qui serait bon ou bien, ce qu’il se taise et aide dans l’ombre les Tchadiens à consolider le dialogue, et aider le président de Transition à réussir les défis à relever.

En face, au-delà de toutes formules politiques, il y a une nouvelle génération qui veut changer les choses. Le président de Transition est sincère dans sa promesse de vouloir un changement de méthode de gouvernance. Ceux qui l’ont approché peuvent en témoigner de sa volonté et disponibilité à jeter les bases d’un autre Tchad où tous les maux décriés par le peuple puissent être pris en compte dans ce dialogue national inclusif et souverain. N’est-ce pas lui-même qui avait dit que pendant ce dialogue rien ne serait tabou ? Alors de quoi Moussa Faki s’en offusque ?

Par-delà la politique politicienne, les Tchadiens ont besoin de certitudes, de quiétudes et de stabilité pour jeter les bases d’un autre Tchad. Ce discours n’a pas été dit pour aider la réussite des assises du dialogue. Cette sortie plus que bancale a été servie pour émouvoir une salle et les projecteurs braqués sur le dialogue national inclusif et souverain, et avoir cette posture du pompier. Mais dans l’affaire le président de la commission de l’union africaine est lui-même pompier pyromane.

Ce discours, pour les plus novices, était connu de certains pontes de l’opposition tchadienne 48 h à l’avance. Certains troubadours de la politique ont été consultés pour en affirmer les contours. Deux personnalités de l’opposition étaient bien imprégnées de ce discours. C’est dire le caractère prémédité du marteau. Mais le Tchadien d’aujourd’hui n’est pas dupe, et l’interlocuteur de ce jour est très mal habillé pour faire cette leçon de moral, parce qu’il fut un des artisans de ce qui exaspère les Tchadiens, et qui les mène vers ce dialogue à la recherche de la paix.

Celui qui peut aider les Tchadiens à parfaire leur avenir est le bienvenu dans ce sillon que veut ce peuple qui veut se défaire de sa précarité, avide de son développement. Ni Moussa Faki, moins encore quiconque n’a le droit de venir dessiner un destin lugubre pour les Tchadiens.

Croyons ensemble et aidons à construire la paix en allant chercher nos compatriotes les plus sceptiques. Toute aide est nécessaire pour réussir ce dialogue.

Tchadanthropus-tribune

1786 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire