Hicham Ibni Oumar, représentant de l’association des professionnels de crédits, appelle à créer les bonnes conditions pour favoriser le climat des affaires :

« Nous ne sommes pas là pour quémander des postes, nous sommes là pour que notre pays fonctionne. Si vous choisissez des gens dans cette salle pour renter dans le Conseil national de transition (CNT), choisissez les meilleurs. C’est tout ce qui compte pour nous ».

Pour Hicham Ibni Oumar, les facteurs de développement sont prioritaires : « On n’est pas un pays développé, il faut des moyens pour mettre en place des structures. La grande question n’est pas l’État fédéral ou unitaire. J’aimerai qu’on enlève ce mot fortement, en droit ça n’existe pas. C’est sur les facteurs de développement qu’il faut qu’on travaille. Même un référendum, ça ne servirait à rien ».

S’agissant de la prolongation de la transition, il émet des réserves sur les propositions ;

« Sur la prolongation de la transition, j’ai vu 24 mois. On compte préparer ces élections comment ? il faut mettre en place tous les organes. On n’arrive même pas à travailler pour développer ce pays, et vous pensez qu’en 24 mois, on va mettre en place tout ça ? Soyons réalistes, faisons un chronogramme ».

L’intervenant réagit également au débat sur l’éligibilité ou non des dirigeants de transition aux élections :

« Pourquoi les gens font les hypocrites dans cette salle ? Les hommes politiques ont pendant plus de 30 ans créé des candidatures d’égo, de prestige, et on vient nous parler d’éligibilité ou non. La question n’est-elle pas de savoir si le PCMT peut aller aux élections ? Il faut le dire clairement. Pourquoi on se cache derrière le folklore ? La grande question c’est la paix dans notre paix et la stabilité pour notre pays. »

Tchadanthropus-tribune avec Alwihda Info

750 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire