Adoum Adji, participant au dialogue national, estime que « certaines recommandations de la commission ad hoc semblent impertinentes et inopportunes parce qu’elles sont taillées à la mesure des individus, et sont dénuées de toutes valeurs et principes démocratiques ».

« Le principe démocratique exige la neutralité de tous les acteurs de la transition. Le président de la transition et tous les autres membres ne doivent pas être candidats aux élections. Cela a été réaffirmé dans le communiqué du Conseil de paix et de sécurité du 19 septembre 2022 », relève Adoum Adji.

L’intervenant préconise la tenue d’un seul référendum avec deux propositions de Constitution.

« Nous devons tirer les leçons du passé concernant le maintien du PCMT. On ne saurait s’appuyer sur la personne du PCMT pour garantir la stabilité du pays. Il nous faut plutôt des institutions fortes dont les valeurs seront la justice, l’égalité et la paix », affirme Adoum Adji.

« Le président devrait avoir un rôle honorifique. Un Premier ministre doit être désigné par la plénière et être inamovible durant toue la période de transition. Le Conseil national de transition (CNT) doit être dissous dans sa globalité et un nouveau CNT doit être remis en place », conclut le participant.

Tchadanthropus-tribune avec Alwihda info

670 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire