Oumar Mahamat Blagué a été assassiné il y a deux jours à N’Djamena au quartier Amtoukougne dans des conditions horribles et effroyables.

D’après nos informations Oumar Mahamat Blagué, 21 ans, a reçu une balle à la tête à bout portant à la sortie d’une cinémathèque. Le défunt s’est arrêté juste pour regarder l’altercation que les gendarmes avaient eue avec des jeunes du quartier. La balle d’un fusil FAMAS a été tirée par un gendarme après un échange de mots avec la victime. Sa tête aurait explosé, une situation très difficile à soutenir pour les personnes présentes qui ont fui l’endroit. Son ami qui était également avec lui a reçu deux balles au ventre et aux cuisses. Il est mort le lendemain.

D’après nos sources, les gendarmes étaient en dehors de leur zone de mission qui serait Gassi.

Ces gendarmes étaient au nombre de 7. Ils ont de suite pris la fuite avant que leur voiture ne soit embourbée. C’est la population du quartier qui est sorti pour les intercepter, puis la police est venue les cueillir.

Ces genres de bévues interpellent les moments de douleurs, qui a glacé les jeunes du quartier Moursal lorsque les gardes du président de l’Assemblée nationale Haroun Kabadi avaient assassiné un jeune citoyen détenteur d’un master en droit et qui travaillait comme clandomen pour nourrir ses 3 enfants et son épouse.

Depuis cet assassinat, il y a un silence radio du côté des autorités responsables de l’enquête. Ce silence qui exprime en partie une sorte d’impunité révolte nos compatriotes qui voient à travers ces démarches une sorte d’injustice criante.

Comment ailleurs, dans d’autres États, l’exécutif condamne les dérives de ses agents véreux et qu’il n’y ait qu’au Tchad que le régime fait semblant de punir pour faire entendre le droit, puis quelques jours après, ces mêmes assassins circulent librement à la barbe de tous ?

Qu’est-ce qu’ils ont demandé un jeune de 21 ans et son ami encore à la fleur de l’âge ?

Ils sont combien ces jeunes compatriotes qui tombent sous les balles de l’arbitraire sans que quelqu’un, en dehors de leur famille, ne daigne s’émouvoir de leurs décès ?

Nul n’a le droit d’ôter une vie à un être de cette manière. Et si personne ne craint la justice des hommes, celle du seigneur sera implacable.

La rédaction présente ses condoléances à Brahim Bruno qui est son oncle, à sa famille, ses frères et sœurs, cousins et cousines, à ses amis et ses proches.

Nos condoléances aussi à la famille de son jeune ami, à ses amis et proches.

Que la bénédiction d’Allah les comble de sa miséricorde. “ À Dieu nous sommes et c’est vers lui seul que nous revenons “

Tchadanthropus-tribune

7523 Vues

  • Les gendarmes ont été attaqués pendant leur patrouille. Vérifiez vos sources…

    Commentaire par bias priène le 9 janvier 2020 à 20 h 34 min
  • A ce que je sache, ils ne sont pas dans leur zone d’intervention ! Que cherchent-ils dans le 7e alors qu’ils sont du 10e? Question

    Commentaire par GUINDA le 10 janvier 2020 à 9 h 13 min
  • Salut
    Qui vous a informé que c’était les gendarmes qui sont à l’origine de la mort de ces deux Mr…
    Puis la voiture qui a été postulé au-dessous de cet article est-il la voiture des gendarmes qui ont fait ces genres des dégâts? Vous êtes sûr que ces pass un message pour instaurer le boycott dans cette quartier.
    A mon avis c’était juste des gens mal intentionnés qui avait causer la mort de ces deux Mr et une autre personne avait créé une histoire fausse pour déstabiliser la population

    Commentaire par Ahmet le 10 janvier 2020 à 23 h 36 min