Bonsoir !

Je vous écris suite à l’article que vous avez publié il y’a quelques heures sur le général Tahir Erda qui serait selon vous au cœur d’un scandale de vente d’un « terrain spolié ».

L’histoire de ce terrain est claire, au moins que vous cherchez à la compliquer.

D’abord, ce terrain situé au quartier Rogué Résidentiel section 1 îlot 37 lots 5, appartient à Mr Service Édouard, un terrain qui lui ai attribué par Ngarta Tombalbaye.

En 1984, par un décret, Hissein Habré a fait l’objet de retour au domaine privé de l’état plusieurs terrains, dont celui de Service Édouard et en a attribué à qui je ne sais.

Sept (07) mois après l’arrivée du Président Deby au pouvoir, il a signé un décret de restitution à leurs propriétaires des biens immeubles saisis par l’État à l’exception de ceux qui l’ont été par acte judiciaire.

Le même décret dit « les propriétaires ne bénéficie ni droits, ni indemnisation pour la période antérieure à la présente ordonnance ».

Alors Édouard retrouve son droit qui est son terrain.

Vous traitez Abdoulaye Bachar d’un brigand et voleur qui a falsifié des documents, mais c’est faux, il n’a rien falsifié.

Service Édouard a vendu son terrain à Abdoulaye Bachar vers les années 1994. Tout est ok, jusqu’à la.

Récemment, Abdoulaye Bachar est poursuivi en justice par une personne pour une somme de quelques dizaines de millions. Il a été obligé de mettre en vente son terrain en remettant son titre foncier à la justice. Un huissier de la justice est allé vérifier au domaine et au cadastre et c’est confirmer que le terrain est bel bien pour Abdoulaye Bachar.

Le terrain est donc à vendre, Abdoulaye Bachar en parfait accord avec la justice s’est donc trouvé des clients que nous sommes. Il nous a conduit chez l’Huissier pour nous prouver que c’est bien son terrain à lui. Tout ça pour nous, c’est une manière de s’assurer et aussi d’éviter les cas des litiges. On est reparti au domaine, le directeur du domaine en question confirme que c’est bel et bien la maison de Abdoulaye Bachar. Sur le plan cadastral, c’est avec le Nom de Service Édouard. Abdoulaye a acheté à 10.000.000f le terrain et il a versé 5% pour l’enregistrement et 5% d’amende, ça fait donc 1.000.000f FCFA. On a tous les papiers.

Après l’achat, On a nous-mêmes remit à l’huissier l’argent que Abdoulaye doit, et le reste à Abdoulaye. C’était la justice qui nous a dit de faire ça.

Après, nous avons enregistré le terrain au nom du nouveau propriétaire, entendez Tahir Erda. Les 5% a été payé et tout est ok.

Le représentant de Béchir Hissein et ses cousins ont pris un avocat, ils étaient tous présents chez l’huissier et tout a été bien expliqué. Je crois que leur avocat s’est désengagé, puisqu’ils n’ont rien comme papier et que le domaine, le cadastre, la justice, tous reconnaissent que le terrain appartient à Abdoulaye Bachar. Ce côté n’a pas marché pour eux et veulent utiliser le côté « politique » et les « réseaux sociaux » pour salir les gens, mais ça ne va pas marcher.

Vous dites que le général Taher Erda a été averti par un huissier de justice venu lui signifier que ce terrain appartient à la personne ci-haut citée et que toute entreprise de corruption devrait cesser, c’est faux, c’est le représentant de Béchir Hissein Habré qui s’est présenté avec une ordonnance de cessation des travaux, personne n’a signé, car ça ordonne la suspension des travaux entrepris par Abdoulaye Bachar, alors que les travaux sur ledit terrain sont entrepris par Tahir Erda. On lui a demandé de refaire avec le nom de la personne qui est en train de construire, ils sont partis sans revenir.

Ils n’ont rien a part cette ordonnance qui normalement doit être accompagnée des documents attestant que c’est leur terrain.

Y’a plus rien qui perturbe ou demande la cessation des travaux, si ce n’est pas hier, pourquoi alors arrêter les travaux ?

Vous trouverez ci-joint les 2 décrets signés par Habré et par Deby. On a aussi tous les restes de nos documents avec nous.

Entant que journaliste, vous devriez au moins investiguez et avoir des informations sûres avant de les publier. Il est bien entendu, permis de critiquer une personnalité publique, mais pas aller jusqu’à mentir sur elle (c’est pas une première fois de mal parler ou de mentir sur Tahir Erda).

Dès lundi, c’est nous qui allons saisir la justice pour trancher cette affaire.

Zakaria

899 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire