Johannesburg, 23 juin 2021

  • Au moins 16 personnes tuées dans des manifestations pour réclamer un retour à un régime civil
  • Les défenseurs des droits humains fréquemment soumis à des arrestations et des poursuites
  • Régulier de la perturbation de l’accès à internet et les médias sociaux

Le Tchad a été ajouté à une  qui ont vu un récent et le déclin rapide des fondamentaux, des libertés civiques. Les violations récentes comprennent la répression des manifestations, l’interruption de l’accès à internet et les médias sociaux et l’arrestation arbitraire de défenseurs des droits humains.

La nouvelle liste de surveillance est libérée par la , une plateforme en ligne qui suit l’actualité de libertés civiques, y compris les libertés d’expression, d’association et de réunion pacifique, dans 196 pays.

Il existe de longue date des restrictions à la liberté d’expression et le droit à la liberté de réunion au Tchad. Toutefois, dans la perspective de l’élection présidentielle, qui a eu lieu le 11 avril 2021, et à la suite de la prise de contrôle militaire qui a éclaté à la suite de la mort du Président Idriss Déby Itno, le 20 avril 2021, les violations ont augmenté à un rythme alarmant.

Autorités ont interdit les manifestations et les forces de sécurité ont recouru à une force excessive pour disperser des manifestants pacifiques. Au moins 16 personnes ont été  et plus de 700 personnes arrêtées lors des manifestations de protestation, organisée par une coalition d’acteurs de la société civile et des groupes d’opposition, Wakit Tama, à la demande d’un retour à un régime civil, entre le 27 avril et le 19 Mai 2021 dans la capitale du Tchad, n’Djamena et Moundou.

En outre, les défenseurs des droits humains et des journalistes ont été régulièrement soumis à des arrestations arbitraires et à des poursuites. Le 18 février 2021, un Tribunal Pénal  Baradine Berdei Targuio, le président de l’Organisation Tchadienne des Droits de l’Homme (Tchadien de l’Organisation des Droits de l’Homme) à trois ans de prison pour ” violation de l’ordre constitutionnel’. Il a été arrêté en janvier 2020 en ce qui concerne un Facebook poster de commentaires sur l’état de santé du président. Il a été récemment libéré de prison.

Le CIVICUS Moniteur est préoccupé par le fait que les autorités de l’utilisation régulière de l’internet à des restrictions pour étouffer la dissidence. Entre les dernières élections présidentielles en 2016 et 2021, l’accès à internet et des médias sociaux a été perturbée pendant plus de 900 jours. En outre, le Tchad nationale de l’organe de régulation des médias régulièrement suspend les sanctions ou les médias.

Dans les semaines et mois à venir, le CIVICUS Moniteur de suivre de près les développements au Tchad et faire part de nos préoccupations à l’Homme des Nations Unies Conseil des Droits de l’, qui tiendra sa 47ème Session du 21 juin au 13 juillet 2021 Genève, Suisse.

Le Togo est actuellement classé RÉPRIMÉE par la CIVICUS Moniteur. Il y a un total de 45 pays dans le monde avec cette note (). Cette notation est généralement donné à des pays où civique de l’espace est fortement contestée par les détenteurs du pouvoir, qui imposent une combinaison juridiques et pratiques, les restrictions qui rendent difficile pour les personnes de jouir de leurs pleins droits démocratiques ().

Pour plus de détails ou pour organiser une entrevue, veuillez contacter:

Ine Van Severen, Afrique de l’Ouest Civique de l’Espace Chercheur de CIVICUS

Le Tchad ajouté à la liste des pays à surveiller en matière de droits de l’homme, compte tenu des restrictions sévères imposées aux droits fondamentaux par le gouvernement

Johannesburg, 23 juin 2021

  • Au moins 16 personnes ont été tuées lors de manifestations visant à réclamer le retour à l’État de droit.
  • Les défenseurs des droits humains de la police fréquemment l’objet d”arrestations et de poursuites.
  • L’accès à Internet et aux réseaux sociaux hne régulièrement perturbé.

Le Tchad a été ajouté à une  qui ont connu des nations unies déclin récent et rapide des libertés civiques fondamentales. Les violations récentes comprennent la répression des manifestations, la perturbation de l’accès à Internet et aux réseaux sociaux et l”arrestation arbitraire de défenseurs des droits humains.

Cette nouvelle liste de surveillance hne publiée par le , une plateforme en ligne qui costume les derniers évènements en matière de libertés civiques, notamment les libertés d’expression, d’association et de réunion pacifique, dans 196 pays.

Il existe depuis longtemps des restrictions à la liberté d’expression et au droit à la liberté de réunion au Tchad”. Cependant, à l’approche des élections présidentielles, qui ont eu lieu le 11 avril 2021, et à la suite du coup d’État militaire qui a suivi la mort du président Idriss Déby Itno le 20 avril 2021, les violations ont augmenté à un rythme alarmant.

Les autorités ont interdit les manifestations et les forces de sécurité ont fait un usage excessif de la force à plusieurs reprises verser dispersant les manifestants pacifiques. Entre le 27 avril et le 19 mai 2021, au moins 16 personnes ont été et plus de 700 arrêtées lors de manifestations organisées par une coalition d’acteurs de la société civile et de groupes d’opposition, Wakit Tama, versez réclamer le retour à un régime civil à N Djamena, la capitale du Tchad, et à Moundou.

En outre, les défenseurs des droits humains et les journalistes ont régulièrement fait l’objet d”arrestations et de poursuites arbitraires. Le 18 février 2021, les nations unies tribunal pénal a Baradine Berdeï Targuio, président de l’Organisation tchadienne des droits de l’homme, à trois ans de prison pour « violation de l’ordre constitutionnel ». Il a été arrêté en janvier 2020 à la suite d’un post sur Facebook commentant la santé du président. Il a récemment été libéré de prison.

Le CIVICUS Moniteur s inquiète du recours régulier des autorités aux restrictions à l’utilisation d’Internet versez réprimer la dissidence. Entre les dernières élections présidentielles de 2016 et 2021, l’accès à Internet et aux réseaux sociaux a été perturbé pendentif plus de 900 jours. En outre, l’organisme national de réglementation des médias du Tchad suspendre ou sanctionne régulièrement des médias.

Dans les semaines et les mois à venir, le CIVICUS Moniteur suivra de près l’évolution de la situation au Tchad et fera partie de nos préoccupations au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, qui tiendra sa 47e session du 21 juin au 13 juillet 2021 à Genève, en Suisse.

Le CIVICUS Moniteur vient de classer le Tchad comme RÉPRIMÉ. Au total, 45 pays sont inscrits dans cette catégorie (). Ce classement généralement attribué aux pays où l’espace civique, fortement contesté par les détenteurs du pouvoir, qui imposent une combinaison de restrictions juridiques et pratiques qui empêchent les populations de jouir pleinement de leurs droits démocratiques ().

CIVICUS

464 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire