De sources concordantes, l’ex-conseiller de Déby et aujourd’hui celui du président de la transition, Hissein Massar dérape complètement en contournant le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de l’innovation, Mme Lydie Beassemda, en voulant organiser un concours d’entrée de médecine à l’université du Roi Fayçal pour nos compatriotes et frères de langue arabe. Faut-il toujours prendre à la légère les départements clés de notre pays ?

Comment doit-on sans les consultations du ministère de l’Enseignement, sans l’avis et évaluation d’un conseil de l’éducation nationale, décider d’une chose aussi importante, et qui concerne le domaine complexe de la médecine ? Hissein Massar doit arrêter le désordre qu’il fait installer partout où il passe. Nous avons encore la gestion chaotique des étudiants en médecine envoyés au Cuba.

Selon nos informations, le ministre de l’Enseignement supérieur a fait annuler bien évidemment ce simulacre. Mais Hissein Massar veut déposer plainte et avoir gain de cause à la Justice. Cette perfidie doit s’arrêter très vite. Ce n’est pas parce que Idriss Déby a créé le désordre en imposant cette bascule francophone/arabophone que certains se croient le droit de dérégler le système de manière anarchique. Les autorités en place doivent faire observer la discipline. Un conseiller à la présidence ne doit pas marcher sur un ministre du département en question. Il faut savoir respecter l’organigramme. Madame Lydie Beassemda a raison de s’opposer sur un projet aussi bancal, et dont son ministère n’est pas consulté.

Tchadanthropus-tribune  

587 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire