Selon une correspondance parvenue à la rédaction, l’école du consulat de Djeddah risque d’être fermée par les autorités du pays pour insalubrité et non-conformité à la sécurité des élèves. Cette école a été créée il y a 22 ans. Elle a produit une génération de bacheliers depuis 6 ans, mais l’aspect détournement et négligence a plombé cette école en moins de deux ans à plus de 80 000 000 de FCFA. L’exercice de deux années de gestion est parti en fumée. Conscient des limites sur l’impunité du régime Déby, aucun cadre n’entend mettre en place les menaces de Déby. À cette allure, même un iota des directives ne sera pris en considération. Tant pis pour la 4ème république et ses prérogatives sans lendemain.

 

Comment veuille-on considérer l’éthique de l’éducation nationale quand ses responsables s’érigent en voleurs des biens mis à la disposition de l’éducation des enfants ? Les enfants d’aujourd’hui sont les générations du futur. Mener à bien les prescriptions de l’enseignement n’est que bénéfique à ceux qui prendront les destinées de notre pays plus tard. Mais voler ce qui constitue le fondement logistique de cette éducation équivaut à un crime.

 

Cette alerte est lancée pour sauver nos enfants qui sont dans cette école. Les 1ers responsables doivent intervenir au plus vite pour stopper cette hémorragie qui continue à anéantir cette école et le devenir de nos enfants. En continuant, de fermer les yeux là dessus mettra plusieurs enfants dans la rue avec le risque probant de stopper leur avenir scolaire.

Tchadanthropus-tribune

1331 Vues

  • Le sort de l’école de Djeddah n’est pas différent de celles de l’intérieur du pays. L’éducation scolaire dans sa globalité n’entre pas la politique prioritaire des autorités tchadiennes. La situation catastrophique de l’école de Djeddah n’est pas spécifique, ni différente de celles qui sont dans le pays. le système éducatif tchadien, est une des familles pauvres en matière d’investissement national. Alors que, pour un Etat qui cherche la transformation par le développement, doit avoir l’éducation et la formation des jeunes comme priorité Depuis quand, la question de l’éducation devient une priorité des priorités au Tchad ? En regardant seulement l’état de délabrement des nos écoles, l’on comprend facilement l’état de vétusté des écoles de l’intérieur, alors,

    Commentaire par Seidou Traoré le 28 août 2018 à 2 h 09 min