Est-il logique que des observateurs internationaux transgressent leurs neutralités pour trinquer avec un candidat usant de son piédestal pour tirer la couverture vers lui ?

Le dictateur finissant Idriss Déby Itno a échangé avec les chefs de mission des observateurs internationaux. 

La délégation est conduite par M. Wella Mazamessou, chef de mission de l’Union africaine à aborder les questions relatives au déroulement des élections.

Selon les observateurs, un élan civique des populations lors du scrutin présidentiel est noté.

Comment pourrait-il en être autrement ?

Le contraire devrait surprendre plus d’un Tchadien. Des observateurs qui dans leurs diverses interventions couvrent Idriss Déby de tous les attributs, et de le qualifier d’un homme visionnaire pour son pays. Voilà un pan des tricheries d’une certaine frange des observateurs qui devraient dire et prononcer la vérité des lieux.

Dans une déclaration préliminaire conjointe, trois organisations à savoir la mission d’observation électorale de l’Union africaine, l’organisation de la Coopération islamique et la Communauté des États de l’Afrique Centrale se réjouissent de l’organisation de l’élection présidentielle dans le calme et la sérénité. Déclaration faite ce matin, en présence du président de la CENI, Commission électorale nationale indépendante, Dr Kodi Mahamat Bam, du président de la CNDH, Commission nationale des Droits de l’Homme, Djidda Oumar Mahamat et des représentants de la société civile.

Le chef de mission de l’observation électorale de la CEEAC, Évariste Madi Mulumba, ancien premier ministre de la République Démocratique du Congo indique que son équipe a constaté un calme, de la sérénité et un engouement moyen lors du scrutin du 11 avril 2021. 

Le représentant de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) Ali Goutali a indiqué pour sa part que toutes les normes reconnues sur le plan international en matière de vote ont été appliquées. Il y a l’absence des irrégularités et la transparence totale lors du dépouillement des bulletins de vote.

Le chef de mission de l’union africaine, Dr Selom Komi KLASSOU, ancien premier ministre du Togo a déclaré que l’élection du 11 avril est caractérisée par des tensions politiques internes. La mission de l’Union africaine note, indique-t-il, que l’élection présidentielle du 11 avril s’est déroulée dans un contexte difficile. 

Aussi encourage, t-il toutes les parties de privilégier le dialogue et le respect de l’état de droit pour la consolidation de la paix et de la cohésion sociale.

Tout en se réjouissant du calme et de la sérénité qui a prévalu le 11 avril dernier lors de scrutin, la MOEVO,

Mission d’Observation électorale de l’ONG « La Voix de la Femme » note que dans certains cas, le marquage de doigt à l’encre a été effectué par des marqueurs et non une encre indélébile. La MOEVO recommande à la CENI de renforcer la capacité des agents électoraux en vue d’une meilleure maitrise de procédure de vote.

La Mission d’Observation électorale de l’Association Citoyenne Firina pour la Paix, le Développement et la Défense des Droits Humains qui a déployé 120 observateurs qui ont visité 1350 bureaux de vote, se réjouit-elle, aussi du bon déroulement du vote du 10 et 11 avril.

Selon Izzédine Ahmat Tidjani, chef de mission électorale de Firihna, le taux de participation varie d’une localité à une autre. La mission a constaté quelques manquements tels que l’absence de cartes d’électeur dans certaines localités. La non-possession des cartes d’électeurs à démotiver certains électeurs. À cet effet, Izzédine Ahmat Tidjini demande à la CENI de mettre à la disposition des électeurs leurs cartes au moins deux semaines avant le jour du vote. Aussi appelle-t-il les candidats au respect des urnes.

Tchadanthropus-tribune

969 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire