Etranglé économiquement, le Tchad dope le secteur des renouvelables grâce à sa nouvelle alliance avec les Emirats. Le rapprochement entre Idriss Débyet les Emirats arabes unis (EAU), où le président tchadien a nommé son fils Zakaria Idriss Débyambassadeur en avril, porte ses fruits. Le 7 juillet, le ministre tchadien du pétrole Michel Boukar a signé un accord avec Almaden Emirates Fortune Power, une joint-venture entre l’Emirates Fortune Group (EFG) et le chinois Almaden, pour la construction d’un parc photovoltaïque (200 à 400 MW) entre les villes de Toukra et Mandalia. Etabli à Dubaï, EFG est dirigé par l’influent avocat spécialiste de l’arbitrage, Nasser Muhyealdeen, conseiller juridique du prince saoudien Nasser Abdelaziz al-Saoud et du ministère émirati de la défense. Le directeur exécutif d’EFG, Anwar Majid Hussein, est aussi à la tête du Sheikh Rakadh Group fondé par l’ex-président de l’OPEP et ancien ministre du pétrole des EAU, Rakadh Bin Salim. En mai 2017, le Sheikh Rakadh Group avait déjà mis un pied en Afrique en s’engageant auprès du gouvernement rwandais à investir 50 millions $ pour le développement de projets liés aux énergies renouvelables dans le cadre du Rwandan Smart City Master Plan.

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

1693 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article