Le vide politique créé par le décès de l’ancien président-patriarche Idriss Deby a permis à de nouveaux acteurs de prendre la main sur le secteur le plus lucratif de l’économie locale.

Depuis le début de la production pétrolière au Tchad en 2003, les décisions concernant le secteur pétrolier ont quasiment toutes été prises à la présidence, cantonnant le ministère chargé du sujet et la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT) à un rôle de spectateur. La nouvelle présidence de Mahamat Idriss Deby, inaugurée en avril 2021 à la suite du décès de son père Idriss Deby, n’échappe pas à cette règle, souvent immuable dans les régimes ultra-présidentiels. Selon nos sources, le secrétaire particulier de l’actuel chef de l’État, Idriss Youssouf Boy, est aujourd’hui le point focal pour les pétroliers. Chaque société du secteur souhaitant faire avancer son dossier doit passer par son bureau, sous peine de se retrouver bloquée.

Général d’armée, Zaghawa tout comme son ami d’enfance Mahamat Idriss Deby, Idriss Youssouf Boy a été, entre autres, l’un des patrons de la très redoutée Agence nationale de sécurité (ANS) gérant les renseignements intérieurs et extérieurs, sous le mandat d’Idriss Deby. Il a également été consul à Douala, poste d’observation sans pareil pour surveiller les Tchadiens vivants ou faisant des affaires au Cameroun. 

Surcroît d’activité

D’ici à la fin de l’année, les dossiers pétroliers vont s’empiler sur le bureau d’Idriss Youssouf Boy. En effet, le ministère du pétrole, dans les mains de l’ingénieur sans pouvoir Oumar Torbo Djarma, doit notamment valider la cession des champs de Caracal Energy (groupe Glencore) à Perenco. Mais il devra aussi se prononcer sur la transaction difficile entre ExxonMobil et Savannah Energy dans le bassin de Doba ainsi que sur celle de Delonex avec une junior canadienne encore inconnue sur le bloc H (AI du 26/10/21).

Pour chacun de ces dossiers, poussé par la situation financière du pays, Boy pourrait être tenté de demander un bonus de cession au vendeur, pourtant non prévu par les textes pétroliers en vigueur.

Tchadanthropus-tribune avec Africa Intelligence

1443 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire