Il y a quelques jours, le ministère des Finances a communiqué en levant l’interdiction d’exportation sur le sésame et les tourteaux. La mesure avait enchanté plusieurs des commerçants du pays, surtout ceux qui avaient leurs cargaisons bloquées à la frontière Tchad/Cameroun.

Mais aujourd’hui, un responsable des douanes à Moundou a bloqué des cargaisons de sésames achetés et dédouanés à Sarh, sous prétexte que c’est interdit.

Alors qui dit quoi ? Et qui contredit qui ? 

Cette manière de faire dénote de l’excès de zèle de certains responsables qui en font à leur tête en foulant au sol des décisions d’État tant qu’ils ne perçoivent pas de la corruption. Sinon comment comprendre qu’un responsable n’obtempère pas une décision prise par son exécutif ?

Les commerçants arrêtés ont montré au responsable des douanes de Moundou tous les documents en règle de la marchandise, ils ont aussi montré la décision du ministère des Finances, mais ce dernier ne veut rien entendre. Il dit qu’il veut contacter son DG d’abord. Alors que comprendre ? 

Voilà un pan des complications qu’endurent ces commerçants tant qu’ils ne donnent pas de l’argent pour passer.  

Parlez-moi de l’autorité de l’État… Pauvre Tchad. 

Tchadanthropus-tribune

679 Vues

  • Devant ces decisions arbitraires, que font les commerçants, que dit leur syndicat, qu’en est – il de la chambre des commerces? Pourquoi doivent-ils toujours se laisser marcher dessus?

    Commentaire par Djido Hamdallah le 5 juin 2020 à 5 h 28 min