Selon une correspondance envoyée à la rédaction, il est stipulé que sur 150 000 salariés de l’État, il y aurait réellement 92 867 travailleurs identifiés, la différence de 57 133 agents serait fictive.

La masse salariale au mois de décembre 2017 calculée sur ces chiffres est de 23 155 213 637 FCFA contrairement aux 40 ou 45 milliards hautement clamés par le minstron Abdoulaye Sabre Fadoul. La question posée, est que où est cette différence de fonds ? Pourquoi aucune justification n’est divulguée ?

Dans sa dernière sortie, le même ministron propose et annonce que l’État tchadien va payer une partie de sa dette intérieure à hauteur de 12 milliards et 279 millions de FCFA. Une décision qui enchante le patronat, les responsables des banques et les opérateurs économiques ; justement, s’agissant des opérateurs économiques, tous les Tchadiens savent que certains gouvernants sont mouillés dans des affaires louches. Quand on est fonctionnaire de l’État, la loi vous interdit des activités commerciales en dehors de votre activité initiale. Pourtant, le 1er ministre Pahimi Padacké gère aussi certaines entreprises qui lui sont propres, et d’autres barons du régime aussi. La suspicion capitale serait de savoir si le ministron des Finances ne fait pas une fleur pour payer certains d’entre eux. L’index est de mise et l’interrogation aussi.

Tchadanthropus-tribune

2295 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article