Pourquoi les forces Darfouri du MLS, MJE, et autres Toroboros sont stationnées à la lisière de la frontière Tchad/Soudan ?

À Tiné Tchad, Tiné Soudan, vers Tissi et une partie fait les allées et venues entre Amdjaress et les localités de la frontière Tchad/Soudan au nez et à la barbe des forces mixtes commandées par le même Ousman Bahr Mahamat Itno.

Pour la petite histoire, Ousman bahr Mahamat Itno serait le neveu de Dr Djibrine Khalil du MJE et actuel ministre des Finances du Soudan. Cette composante mise sur les moyens logistiques de toutes les forces citées ci-haut pour avoir une hégémonie sur les deux pays (régions du Darfour en attendant une prise de pouvoir au Soudan, et conquérir le pouvoir au Tchad). Selon des sources sur place, les forces Darfouris et Ousman Bahr Mahamat Itno seraient en train de s’organiser pour que le glissement du pouvoir se fasse du clan Deby vers l’autre clan des Itno pro soudanais.

L’arrivée de Mahamat Idriss Deby au pouvoir avec l’avènement du CMT déplaît fortement au clan Itno pro Soudan, et les composantes Toros-Boros.

Hormis cette organisation, qui tend à se mettre en place, il faut observer l’aspect interne dans l’administration sécuritaire où à tous les points les responsables sont issus de ce même clan. Il faut ajouter à cela les gouverneurs du même clan, nommés pour mieux quadriller les régions et les zones du pays.

Les préparatifs qui s’inscrivent dans le cadre du dialogue inclusif déplaisent fortement à tous ces milieux qui voient en cela les pertes des avantages du pouvoir. Les mauvaises langues médisent sur la réconciliation entre Tchadiens.

Depuis lors, même si d’autres composantes Zaghawas (Kobé et Kapka) veulent que le pouvoir soit partagé avec équité entre tous les fils du Tchad, ceux qui s’arriment aux branches Darfouris veulent la continuité d’une suprématie continue du clan sur le reste des Tchadiens.

Dans cette équation à multiples dimensions, l’arrivée sur la scène politique des nouveaux partis dirigés par Siddick Abdelkerim Haggar, et Yaya Dilo cassent la dynamique insurrectionnelle. C’est pourquoi assez souvent ces deux partis politiques qui effectuent un travail de sensibilisation de fond sont critiqués par les relents Darfouris et leurs complices. Yaya Dilo est vilipendé gratuitement, et Siddick Abdelkerim Haggar est toisé sans raison.

D’après des sources bien informées, cette entité malsaine veut passer à la vitesse supérieure avant le mois de mai 2022 et faire un coup d’État de l’intérieur. Que le dialogue inclusif n’ait pas lieu.

Sur plusieurs consultations diton, le général Taher Erda qui commande la DGSSIE, et le Général Kerenkeno qui est le chef d’État-major des armées ne sont pas d’accord avec les signaux envoyés par les mouvances Darfouris et leurs complices tchadiens. Les choses se compliquent encore plus puisque le président de la transition est bien au courant de ce qui se trame sur son dos. Taher Erda plusieurs fois solliciter et qui aurait dit non devient la cible des Itno qui veulent absolument sa tête.

Idriss Deby a quitté ce monde sans penser à vouloir le Tchad en paix. Comme tout dictateur, le slogan est connu «Après moi, le déluge», mais ceux qui ont eu le temps de voir le déchirement du Tchad jusqu’aux syllabes, doivent avoir la responsabilité de le pacifier avec l’ensemble des Tchadiens.

Un renversement du CMT à l’heure actuelle et pour quelques raisons que ce soit, pour que le même clan se pérennise au pouvoir, ce sera une guerre pire que 1979. Aucun tchadien, même à main nue, n’acceptera encore de revivre l’exemple des 30 dernières années.

Le Tchad doit être repensé.

 

Correspondance particulière depuis N’Djamena.

Pour

Tchadanthropus-tribune

3306 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire