À l’occasion du 61 ème anniversaire de l’indépendance du Tchad, la Coordination Nationale de l’UNION DES FORCES POUR LE CHANGEMENT (UFC) exprime plus que jamais sa détermination dans la lutte qu’elle mène depuis tant d’années contre cette inqualifiable dictature clanique du pouvoir DEBY qui, après la disparition du despote honni, tente résolument de se perpétuer avec le fils, entouré et guidé par le même consortium des malfaisants qui a sévit pendant trois décennies sur notre peuple.

Pour l’UFC la réalité politique dans notre pays aujourd’hui, celle du despotisme brutal et du blocage systémique des aspirations démocratiques qui pointent à l’horizon, dénote de la reproduction à l’identique des artifices jadis usités par Idriss Déby pour asseoir et consolider son pouvoir militaire : les intimidations, l’achat des consciences, la corruption des vrais faux opposants, les cooptations tribales, les assassinats ciblés etc.

Les leurres brandis çà et là par cette junte illégitime et illégale en place n’abuseront personne en dehors de ceux qui souhaitent l’être et les opportunistes peu soucieux du devenir du peuple tchadien.

Nous considérons que la voie sur laquelle s’est engagé le CNT n’est pas celle qui mène à l’ouverture démocratique et à la justice dans notre pays ni à la prise en compte des réelles aspirations de notre peuple si sauvagement malmené pendant trente ans par le système MPS. Elle n’est pas non plus celle qui mène à la paix et à l’unité de la nation, celle qui rassemble et draine toutes les forces de ce pays pour la reconstruction d’un État au service des Tchadiens sans exclusif. Non. L’unique objectif de ces officiers est la perpétuation du pouvoir clanique.

Au lieu que le décès du despote qui devrait en principe soulager le peuple tchadien du poids de la dictature et lui ouvrir des perspectives nouvelles dans tous les domaines, une autre machination extérieure habillement menée tente de ré-enfermer les tchadiens dans le même système avec un coup d’état à la clé au nom de la sécurité, de l’intégrité du territoire national et de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Gendarme un jour gendarme pour toujours ; le Tchad se retrouve encore une fois assigné à ce rôle subalterne de sentinelle du pré-carré français du Sahel au détriment du bien-être de sa propre population. L’UNION DES FORCES POUR LE CHANGEMENT en appelle à la prise de conscience individuelle et collective des Tchadiens sur les enjeux d’une lutte pour un CHANGEMENT RADICAL.

Dans ce combat le Peuple Tchadien ne peut ni ne doit s’accommoder ou s’encombrer de la présence d’individus véreux, des groupes ou autres mouvements politiques ou associations satellites du pouvoir, passé ou actuel, en mission commandée de déstabilisation de la lutte du PEUPLE TCHADIEN.

Aux Tchadiens nous disons que le despote en chef n’est certes plus de ce monde mais l’architecture de sa dictature demeure intacte, en structures comme en personnels ; que la réhabilitation de l’ancien système sous des nouveaux atours n’est pas un changement ; que le recyclage des opposants en déshérence et la consécration des activistes de services n’est pas une adhésion populaire ; que cette flopée de généraux sont des usurpateurs et demeureront comme telle tant que le pouvoir ne soit pas restitué au peuple après une Constituante souveraine regroupant l’ensemble des Tchadiens, sans exclusion d’aucune sorte.

Fait le 11 août 2021 Pour l’Union des Forces pour Changement Le Coordinateur national M. GAILETH GATTOUL BOURKOUMANDAH

392 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire