De source digne de foi, contrairement à une certaine presse qui baigne dans la sensation et le buzz, 3 anciens pontes du MPS se sont vus dernièrement à Paris.

Selon nos informations assez recoupées, le magnat de l’ère MPS Daoussa Déby séjourne entre Paris et l’Italie où il se rend quotidiennement pour ses contrôles de santé. Daoussa Déby est parti furtivement de N’Djamena parce qu’il soupçonnait certains signaux qui risqueraient de le sacrifier sous l’autel des recouvrements des entreprises qui n’auraient pas payé d’impôts depuis quelques années, et surtout les marchés octroyés, mais jamais traduits dans les faits.

Cependant, les entreprises de Daoussa Déby ne sont pas les seules qui ont suivi cette voie. Il y a plusieurs chefs d’entreprises à l’image de SOGECT-TCHAD du sieur Bedey qui ont dribblé les fiscs tchadiens. L’État doit faire le rappel de tout cet argent envolé dans la nature et condamner les entreprises récalcitrantes.

Si Daoussa dans un mécontentement qui lui est propre a quitté le Tchad pour s’établir à Paris, il consulte beaucoup. Et dans cette optique, il aurait rencontré son neveu gouverneur de la BEAC Abbas Tolli de passage à Paris. Le lien entre les deux hommes est connu, renforcé par leur alliance contre la formation de la junte militaire (CMT) et lors des préparations du congrès MPS. Somme toute, une rencontre entre Daoussa Déby et Abbas Tolli n’a rien d’extraordinaire, mais le climat de la transition au Tchad, et leur position commune connue de tous lui donne ce caractère douteux.

L’autre figure de passage à Paris est le président de la commission africaine (UA) Moussa Faki. Ce dernier est un habitué des salons parisiens par sa position au sein de l’union africaine, donc son passage à Paris est tout à fait normal, mais le timing choisi qui réunit Daoussa Déby, Abbas Tolli et Moussa Faki porte à équivoque pour plusieurs observateurs de la chose tchadienne.

Tous les 3 sont en déliquescence avec la junte (CMT) au pouvoir à N’Djamena, et leur rencontre est vue de manière suspecte.

Toutefois, à part ces 3 anciens pontes du système MPS, ni le président de l’UFDD le général Mahamat Nouri, ni le docteur Abakar Tolli, moins encore l’ancien secrétaire général du MPS Mahamat Zène Bada, ou encore Adoum Younousmi n’étaient de la partie.

Au moment où certains écrits paraissaient sur les réseaux sociaux et dans la presse locale, Zène Bada était avec ses enfants en province française, Adoum Younousmi à N’Djamena, et le général Mahamat Nouri et Abakar Tolli étaient respectivement loin chacun dans la région qui abrite leur domicile.

Pour ceux qui n’en savent pas, la justice française dans sa fausse cabale contre les deux leaders de l’opposition politique et militaire avait ordonné que les deux ne doivent pas se rencontrer. Ainsi on voit mal comment ces deux leaders viennent rencontrer des caciques du régime Déby qu’ils ont combattu pendant plusieurs années.

Il n’y a que les 3 pontes de l’ancien MPS qui se sont vu à Paris, même si jusqu’à là leur consultation n’a pas été ébruitée… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

1406 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire