Communiqué du CNCD N° 001/CNCD/2021

Le Conseil National pour le Changement et la démocratie exprime ses plus vives préoccupations sur les évènements tant civil que sur le front armé en cours au Tchad, faisant suite au décès de l’autocrate Idriss Déby Itno dans d’obscures circonstances et la tentative de ses sujets à vouloir installer une oligarchie plongeant le pays dans une très grande incertitude que le CNCD avait déjà naguère relevée.

En effet, le CNCD, composé des partis politiques, des politico-militaires, des associations de la société civile, de la diaspora et des personnes-ressources avait dès sa constitution en 2011, appelé l’attention de la communauté internationale sur l’urgence à prendre ses responsabilités, en toute sincérité et dans le respect de toutes les parties, à organiser une table ronde inclusif seul gage d’un retour pérenne de la paix.

L’appel du CNCD étant resté sans suite, les dramatiques évènements actuellement en cours renforcent, une fois de plus, notre conviction qu’il n’y a pas d’autre alternative à ce dialogue franc et sincère souhaité par toutes les parties tchadiennes. Cependant, ce processus qui doit mener au dialogue inclusif doit se faire sous l’autorité d’une transition civile consensuelle.

À cet instant où nous mettons ce communiqué sous presse, des affrontements se poursuivent dans le nord Kanem entre l’ex-garde prétorienne de l’autocrate Idriss Déby Itno pompeusement désignée « Armée nationale tchadienne » et les forces de la résistance nationale de front pour l’Alternance et la concorde au Tchad (FACT) en soutien au peuple tchadien révolté. D’autres fronts sont aussi signalés dans le Tibesti opposant plusieurs coalitions armées et les miliciens stationnés par le défunt autocrate pour sécuriser les sites aurifères dont les blocs ont été attribués aux seuls membres de sa famille. Combien de Tchadiens de part et d’autre doivent encore mourir pour qu’enfin la communauté internationale et notamment le gouvernement français prennent la mesure de la gravité de la situation ?

La regrettable déclaration du Président de la République française, Monsieur Emmanuel Macron, prononcée à N’Djamena lors des obsèques de l’autocrate et la déclaration prononcée par le ministre des Affaires étrangères Jean Yves LeDrian disant qu’une bande des Goranes venant de la Libye se prépare à prendre le pouvoir sont inacceptables.

Après la déclaration des FACT prédisposés à rechercher une solution politique au conflit, la junte militaire dopée par les déclarations du gouvernement français a rejeté en bloc tout dialogue avec les FACT en les traitant de hors-la-loi, et des terroristes. Elle s’est sentie réconfortée dans son projet de succession dynastique.

Ce conseil militaire illégitime le prit au mot et à la lettre même si quelques jours après, Monsieur Emmanuel Macron, sur le perron de l’Élysée accompagné du Président en exercice de l’Union africaine, Monsieur Étienne Tshisekedi semble dire le contraire, le mal est fait et les Tchadiens continuent de s’entretuer par le seul entêtement d’une des parties revigorées par ces malheureuses déclarations.

Renforcé dans sa conviction qu’il a le soutien du gouvernement français, le CMT continu implacablement à réprimer dans le sang toutes les manifestations pacifiques organisées par des citoyens responsables épris de paix et de justice. Ces manifestations pourtant pacifiques, longtemps interdites par l’autocrate Idriss Déby Itno pour de futiles motifs, tantôt la menace terroriste, tantôt la crise sanitaire qui étrangement n’empêche pas ses affidés d’organiser les leurs pour le déifier et actuellement recommencer à déifier son fils l’illégal chef de la junte Mahamat Idriss Déby dit Kaka. C’est ainsi que de paisibles citoyens aux mains nues y perdent la vie. Est-ce ceci que Monsieur Emmanuel Macron appelle la stabilité et la paix au Tchad ?

Le CNCD en appelle une fois de plus, à l’organisation, sans délai et sans condition, ce dialogue national véritablement inclusif sous l’égide de la communauté internationale entre tous les fils et les filles du Tchad.

Toutes décisions contraires à la volonté et aux intérêts du peuple tchadien, les forces de la résistance nationale incluses au sein du CNCD maintiennent leur engagement à recourir par tous les moyens à mettre un terme à cette imposture afin de permettre au peuple tchadien de vivre pleinement un avenir meilleur, autre que celui qu’on lui impose.

Fait à Paris le 08 mai 2021

Pour la coordination, le chargé à la communication et à l’information.

ASSILECK HALATA Mahamat

 

 

Tchadanthropus-tribune

1933 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire