Alors que des Tchadiens estiment que les autorités doivent également exiger le réajustement des accords militaires avec la France, d’autres estiment que la France est un partenaire important dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel.

S’inspirant du bras de fer entre les autorités de transition malienne et l’Etat français, le constitutionnaliste tchadien Ahmat Mahamat Hassana fait observer à VOA Afrique quela France est en déclin dans ses anciennes colonies et les choses sont en train de changer.

« Toutes ces questions mettent en cause l’emprise de la France sur ses anciennes colonies qu’elle continue à garder dans le cadre de la stratégie énergétique »,explique-t-il.D’après lui,« ce jeu est en train d’être dévoilé Et pour cette réaction au Mali ce n’est qu’une annonce et la France ne va pas baisser les bras ».

La ministre Florence Parly avec le président Emmanuel Macron en visite sur une base de l'armée française à Istres, France, le 20 juillet 2017.LIRE AUSSI:

Un responsable de la junte malienne conseille à une ministre française de se taire

Ali Alhadj Allahou, membre de l’Urgence panafricaniste, soutient que les sanctions contre le Mali doivent réveiller les peuples africains.

« Le néocolonialisme est basé sur ces accords de coopération parce que personne ne peut avoir un autre partenaire que la France et ce n’est pas normal »,a-t-il dit, ajoutant que« la France doit quitter l’Afrique, les peuples n’ont pas besoin d’elle ».

Il estime que « ce qui se passe maintenant au Mali peut arriver au Tchad, car les Tchadiens d’hier ne sont pas les Tchadiens d’aujourd’hui et qu’on ne peut pas les faire dormir debout donc ça suffit ».

Pour Abdéraman Djasnabaille, ancien ministre et ambassadeur de la paix auprès de la Francophonie, ​« la France est un partenaire important en Afrique notamment en Afrique francophone et la Mali a besoin aussi de la France même s’il y a des réactions par ci et par là mais sur le fond peut être réajusté ».

Il invite le Mali et la France à revoir cette question afin d’aider les pays de la sous-région à régler le problème de terrorisme dans le Sahel.

Joël MeyerLIRE AUSSI :

L’ambassadeur de France, Joel Meyer, expulsé du Mali

Le politologue Ramadji Alfred, déclare à VOA Afrique « qu’un sentiment anti français gagne du terrain en Afrique et l’Etat français même s’est rendu compte qu’il y a une dégradation de son image ».

L’armée française justifie sa présence en Afrique par l’existence des menaces sécuritaires ou terroristes pesant sur la stabilité nationale et régionale des pays d’accueil. Un pays comme la France ne dissimule pas, pour autant, l’existence d’intérêts qu’elle défend, non seulement en Afrique, mais un peu partout dans le monde

  • 16x9 Image

    André Kodmadjingar

    Correspondant de VOA Afrique au Tchad, journaliste à la Radio FM Liberté N’Djamena et vice-président de l’organisation et secrétaire exécutif de la maison des médias du Tchad (MMT).

 

Tchadanthropus-tribune avec VOX Africa

578 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire