De sources renseignées, Le Drian et l’officine françafricaine qui opèrent pour obtenir un rendez-vous entre Idriss Déby et Macron, ont obtenu leur pari. « L’exécutif tchadien a fait du forcing pour arriver à ses fins « affirme en aparté un diplomate français. “ D’abord, en ce qui nous concerne et dans l’entourage du président français Emmanuel Macron il n’y a pas urgence en la matière. Idriss Déby a été reçu dernièrement en tête à tête au sommet du G5, si cela n’est pas suffisant, rien ne peut justifier une rencontre à quelques jours des préparatifs des fêtes du 14 juillet 2017, avec l’agenda chargé de l’exécutif français “. Mais le forcing du lobby françafricain a prévalu, dit-on pour préparer la table ronde de septembre 2017 et évoquer les subsides des fonds que la France verserait pour les pays du G5 dans la lutte contre le terrorisme. Idriss Déby ne serait pas content du partage qui se ferait parce que l’armée tchadienne est la seule en front “in“ contre les djihadistes en payant un lourd tribut – ce qui est vrai – . Si cette hypothèse entre en jeu, pourquoi son ministre délégué à la Défense Bichara Issa Djadallah n’est pas du voyage ? En vérité, Idriss Déby voudrait absolument se rassurer et prendre la température, mais attention, en politique les sourires de façades cachent toujours quelques fourberies. Finalement il a été reçu à 20 h, à l’heure du diner, cela témoigne du rabais accordé à l’intéressé. Ses collègues (Macky Sall de passage en escale et Alassane Ouattara) ont été reçus en plein jour avec les honneurs. 52 min d’échanges et de rires, mais l’hostilité du nouveau régime français reste intacte. Idriss Déby est vu comme un dictateur le plus sanguinaire de son époque, et son jeu sur la démocratie est risible. Il est aussi reconnu mauvais gouvernant. Donc, quoiqu’il fasse l’épée de Damoclès lui pendra au-dessus de lui. Autour de lui pendant l’audience son ministre des Affaires étrangères et ex ambassadeur à Paris, Mrs Brahim Hissein Taha, son Chef d’état-major particulier, le général Mahamat Rozi et l’Ambassadeur actuel du Tchad en France, Dr Amine Abba Siddick. La délégation tchadienne autour du despote quittera Paris ce mercredi 12 juillet 2017 vers 11 h selon l’agenda professionnellement huilé par un autre général (Attaché de Défense) comme il en pilule au Tchad, Ahmed Kogri. De l’avis de l’individu, il aurait réussi sa mise en musique, sous le rire esclaffe des chauffeurs des limousines. De sources domestiques, Madame Hinda Déby ne sera pas du voyage, et restera profiter sur place des vacances d’été avec ses enfants et neveux. L’autre versant des choses est le trophée que va arborer la partie tchadienne face à ses détracteurs qui affirment tout de go qu’il y a de l’eau dans le gaz entre paris et N’Djamena. Cette nouvelle rencontre entre Déby et Macron, permettrait à la présidence des Itno de médire les faits, et cela permettra aux communicants des Itno de fanfaronner à suffisance. Mais en diplomatie, les apparences ne sont jamais des sentiments réels. Tout sera scruté dans les détails. Idriss Déby est reçu certes, mais rien n’est résolu pour autant… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

2484 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article