Dr Abdoulaye Sabre Fadoul, haut cadre de la république et dernièrement directeur de cabinet civil à la présidence de la transition, aurait claqué la porte.

Nulle source n’a pu savoir avec précision le motif de cette décision soudaine qui a surpris la plupart des Tchadiens, primo parce que le concerné a éteint ses téléphones, donc injoignable, deuxio, personne à la présidence de la transition n’a pu expliquer ce qui s’est passé.

Mais d’après nos sources et certains recoupements, il s’agit d’un ajout de tensions entre lui et l’entourage immédiat du président de la transition. D’après une source dans l’entourage du PCMT qui requiert l’anonymat, Abdoulaye Sabre Fadoul ne retrouve plus le cadre de travail comme au temps d’Idriss Deby. Tout est fait sans qu’il soit consulté en le mettant devant les faits accomplis. Plusieurs décisions qui doivent passer par le dircab, passent outre sa personne et sont traitées directement en le contournant. L’exemple du secrétaire d’État à la santé Djiddi Sougoudi en est un exemple.

Juriste de formation, connu pour sa rigueur au travail, il n’a pas apprécié certaines incartades qui l’ont amené à prendre cette décision fâcheuse.

Depuis que la nouvelle s’est ébruitée, la toile s’est embrasée, et certains capitaux portent l’index sur le secrétaire particulier du président de la transition, jusqu’à là sans que des preuves ne soient établies.

Fort malheureusement, depuis un bon moment, le secrétaire particulier du président de la transition Idriss Youssouf Boy cristallise autour sur lui plusieurs animosités, par sa proximité avec sa hiérarchie, et à cause de certains comportements que les Tchadiens trouvent exagérés et immodérés. Petit à petit nos compatriotes commencent par trouver ulcérant les vis et le tamis mis en place par le SP du président de la transition.

Toutefois, il est inimaginable de se séparer d’un cadre imminent qu’est Abdoulaye Sabre Fadoul. Celui que notre rédaction avait taxé de ministron à l’époque a pu démontrer sa capacité dans l’administration à diriger des domaines de compétence assez complexe. Plusieurs fois ministre depuis feu Idriss Deby, il est toujours sorti avec brio des responsabilités qu’on lui a confiées.

La même source affirme que plusieurs proches du régime auraient tenté de le faire revenir sur sa décision, mais sans succès, son élan serait consommé.

En bon samaritain, il serait allé ranger son bureau, débarrasser ses affaires personnelles et remettre les clefs de sa voiture de fonction avant de se couper avec le monde extérieur. Il a tout éteint pour qu’on ne le joigne pas.

Plus tard, la page Facebook du ministère du secrétariat général du gouvernement publiait un décret nommant Kérim Idriss Deby (Kérimo), jadis directeur de cabinet civil adjoint comme titulaire du poste. Cela explique clairement que la rupture est consommée. Là aussi, il est complètement inélégant de nommer tout de suite un titulaire avant d’attendre au moins 24 h ou 48 h et de nommer une autre personne.

Reste à savoir que seront maintenant les volontés de Dr Abdoulaye Sabre. Mais ce qui se passe autour du président de la transition n’augure rien de bien, il faut vite rétablir la confiance et ne pas laisser grandir les frustrations pour que la situation ne se mette à déraper.

Tchadanthropus-tribune

1270 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire