Nos administrateurs, commis de l’état, doivent se lever dans leur tombe.

 
Lors des passages de témoins aux nouveaux ministres, des NTICS et celui du pétrole, un fait inédit est venu attirer notre attention. En présence des intérimaires, Mariam Mht Nour, ministre secrétaire générale (SGG) est allée avec les difficultés que l’on sait, faire le pompier. C’est elle qui a agencé la passation de services entre le nouveau ministre des NTICS et Oumar Yaya (ministre intérimaire, de la communication) qui était présent. Les échanges entre les deux hommes étaient cordiaux et professionnels.
 
L’autre aspect qui retient étonnement notre attention, c’est de voir l’ancien ministre du Pétrole Boukar Michel, venir lui-même faire les passations avec l’heureuse élue, la nouvelle ministre du Pétrole. À moins de nous tromper, ce fait constitue une erreur de déontologie. Selon les règles, c’est le ministre intérimaire qui doit faire les passations avec la nouvelle ministre fraichement nommée.
 
Le décret du président de la République spécifiant « Il est mis fin à tel cadre relève d’une faute très grave, et la foudre qui frappe un cadre de l’État doit le tenir loin des activités auxquelles il est relève. Pourquoi nomme-t-on alors des ministres intérimaires, si le précédent ministre doit venir faire les passations de services ?
 
C’est ahurissant les erreurs qu’on constate, surtout quand on regarde télé-Tchad depuis l’étranger. Face à certains amis, on est obligé de faire de la diversion.
 
Dans le cas d’espèce du ministère du Pétrole, le ministre des Finances (Mr Allali) ou un de ces représentants devrait venir passer les services avec le nouveau ministre du Pétrole. Mais pas Boukar Michel, sa présence n’a pas lieu d’être.
 
Pour le ministère des NTICS, les normes ont été respectées. Faites attention s’il vous plait, l’image de notre pays en dépend.

 

Tchadanthropus-tribune

1779 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article