L’indice de la perception de la corruption 2020 est rendu public par Transparency international, dans un rapport. Ledit rapport analyse l’évolution de la corruption dans le monde, avec un impact sur la lutte contre la Covid-19 et la démocratie.

Dans ce dernier rapport de 34 pages, Transparency international dresse un tableau sombre de la corruption dans le monde et analyse que non seulement elle fragilise la réponse mondiale à la Covid-19 mais contribue aussi à approfondir la crise démocratique en cours.

De la corruption au détournement des fonds, à la surfacturation et au favoritisme, la corruption dans le secteur de soins prend de nombreuses formes. Sur 180 pays que l’ONG a évalué, 2/3 des pays ont un score inférieur à 50/100 et le score moyen est 43/100. L’Afrique subsaharienne s’en sort avec un score de 32/100. Le Tchad qui occupe la 160e place dans cette étude totalise un score de 21/100. Il partage cette place avec l’Irak, l’Érythrée, les Comores et le Cambodge qui cumulent eux aussi 21 points. Sur le plan mondial, c’est le Danemark qui occupe la première place avec un score de 88.

Le rapport constate qu’”en plus d’obtenir des mauvais résultats, pour près de la moitié des pays du monde, le score sur l’indice de la perception de la corruption (IPC) n’a pas évolué pendant plus d’une décennie. Ces pays n’ont pas réussi à faire bouger le curseur de manière significative pour améliorer leur score et combattre la corruption dans le secteur public“.

Le rapport a aussi fait quatre recommandations pour lutter contre la Covid-19 et freiner la corruption dans le monde. Il s’agit de :

1-renforcer les organes de transparence, surveillance ;
2-garantir la transparence de passation des marchés ;
3-défendre la démocratie, promouvoir l’espace civique ;
4-publier les données pertinentes et veiller à garantir leur accès.

Tchadanthropus-tribune

209 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire